Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

48 articles avec mes pensees a fleur de crocs

Mitt leende är ett vapen !!

Publié le par Sabrina De L.

Comme je ne cesse de le répéter : on ne choisit pas d'être un démon. Le destin se charge de la besogne, soit parce qu'à force de tristesse et de douleurs vous glissez doucement vers les rives opposées au bien ou soit, vous êtes sélectionné et vous gagnez à la loterie de la vie maudite. Pour ma part, il y a un peu des deux, même si je penche plus pour le fait que je n'ai jamais vraiment eu de chance et que je m'en suis toujours très bien accommodée. Mon créateur m'a observée depuis ma plus tendre enfance m'a-t-il dit, comme si le Diable avait pointé une de ses griffes sur moi en lui disant : « Intéresse-toi à la p'tite !!  C'est une amie !! ». Il m'avait vu sourire, encore et encore !!! Sourire lorsque j'avais dû abandonner mon Italie alors qu'au fond de moi, je perdais toute ma vie. Sourire malgré une enfance peu commune qui m'a fait préférer la solitude plutôt que l'épaule de quelqu'un. Sourire alors que je disais un dernier « Au-revoir » devant une stèle qui comportait un parent, un ami, bref, quelqu'un d'important à mon cœur. Tout cela n'a jamais détruit ou ombragé mon sourire. C'était mon credo : La vie ne pourra m'enlever cela que lorsque je mourrai et avant ça, je lui promettais encore beaucoup de pieds-de-nez ou de regards défiants. JAMAIS elle n'aura d'emprise sur mon sourire : JA-MAIS et pourtant, elle ne s'est jamais retenue, parfois de mettre la barre très haute ! Pas de problème, je souris encore. Cette attitude peut paraître étrange, la positivité constante est denrée si rare que fatalement, elle n'attire pas que de l'admiration. L'on trouve parfois que cela cache quelque chose de moins serein. Un dessein moins noble ... je n'en ai que faire, je sais qui je suis !

Je suis donc immortelle ? Je n'en suis pas si sûre. Le soleil peut avoir ma peau, et le pieu peut détruire mon cœur. Ce cœur, si meurtri, si lacéré et pourtant si gonflé d'amour. Ma faiblesse est l'amour. J'ai juste un seul souci, un détail important : je n'ai jamais pu réellement l'offrir. Mais qui peut aimer un démon sans s'imaginer que tout cela n'est que perfidie ? L'enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on. Pourtant, à brûle-pourpoint, je vous dirais que je me considère comme loyale et que j'ai connaissance du bien et du mal . Je ne nie jamais quand je suis l'auteur de l'un ou l'autre. C'est moult compliqué à expliquer, mais regardez bien, nombre d'humains sont beaucoup plus diaboliques que l'Enfer lui même et pourtant, mon amour n'a jamais réussi à trouver acquéreur. Je pense que les étiquettes sont simplement mal distribuées !! Je dois l'admettre aussi, un bien aussi précieux ne peut être offert au premier venu qui ne saurait en faire bon usage, qui le gâcherait, qui n'y croirait pas, pis, qui en profiterait !! Pourtant, le peu de fois où mon dévolu s'est jeté sur une âme masculine qui avait la faculté de répondre à tout ce que j'aime, je me suis vue confrontée à la peur, oui …. la peur que l'on me rende mon amour sans vouloir l'essayer, alors sous un magnifique sourire je m'éclipse délicatement,  bien souvent, sans un bruit, laissant de mon passage qu'une esquisse joyeuse et une brise fraîche dans la vie de l'autre et je retiens mon cœur de crier : « Délivre moi !! Elle garde mon amour prisonnier !! Il va finir par se faner !! » …. Je ne laisse pas mon cœur diriger ma vie, il n'est pas le maître de mon âme. Il a trop d'amour en lui, il pourrait se faire "avoir", alors ma tête est la maîtresse absolue ! Stupide n'est-ce pas ? Pourtant, si vous saviez comme je suis droite, entière, je n'ai pas honte de ce que je suis, par amour, je pourrais en faire des choses …... mais je ne les fais pas ..... qui peut croire en l'amour d'un démon ?

Je suis donc spectatrice et tout comme mon créateur, j'observe les âmes. Certaines je les suis depuis longtemps et malgré ma toute puissance, je suis encore incapable de dire .... de lui dire que c'est sur lui que mon cœur a installé chacun de ses battements et ce, depuis quelques années. Je partirai sûrement, en laissant dans son sillage un souvenir léger et heureux que je lui aurai offert tout au long de notre chemin et puis mon cœur hurlera jusqu'à ma mort que c'était lui qu'il me fallait .......... Je reprendrais ma route et au premier plan, rien de tout cela ne sera perceptible parce que vous n'y verrez que mon sourire !!!

Partager cet article

Repost0

Smaken för livet .........

Publié le par Sabrina De L.

[....] Parfois, un parfum, un bruit me replongent dans quelques chaleureux souvenirs où tu es. Je regrette d'avoir été bien élevée lorsque j'étais humaine. J'aurais dû me resservir au plat de la vie, parce qu'à cet instant même, j'aimerais avoir le cœur plus gros que le ventre, pour que jamais mon jardin secret ne cesse de se nourrir de toi. Donner à mes souvenirs un goût sucré, ce petit quelque chose d'indispensable dans le ballet de ma solitude lorsque je m'arrête en chemin. Ce précieux nectar de douceur qui parcourt chaque parcelle de mon cœur. Qu'il est cruel de n'être qu'amie avec la lune lorsque sur notre chemin un être nous redonne goût au soleil. Je me fiche de mourir d'amour, de ne plus nourrir ce cœur, parce que personne ne pourra effacer, ni rivaliser avec le goût que tu m'as laissée dans l'âme .....

(Extrait "Journal personnel" - Sabrina De L.- 2018)

Partager cet article

Repost0

Simma i mörker!!!

Publié le par Sabrina De L.

crédits photos S.Passaro

[ .......] Connais-tu le manque de l'autre comme je le côtoie ?

Si je n'habite ton cœur, avoue que je me fourvoie !

Aucun amour au monde ne possède autant d'éclat,

Et la mort me serait plus douce que de vivre sans toi.

(Extrait poème "Swim through the darkness" - Sabrina de L. - 2018)

 

Partager cet article

Repost0

Sedan tog jag farväl av solskenet ... Adjö min ängel .......

Publié le par Sabrina De L.

crédits photos S.De L - Mise en portrait : N.Guérin

Ce qu'il y a de plus horrible dans le don ténébreux ? Devoir dire « Adieu » à ce que l'on était. « Adieu » à son passé, sa vie humaine, à la lumière du soleil. On assiste finalement à sa propre mort, pour renaître avec une nouvelle vision, une nouvelle âme, une nouvelle « vie ».

Parfois, mon passé me manque, mais cela ne dure jamais longtemps. Je suis en besoin de ces rires qui étaient légers, de ces matins grognons ou emplis de promesses. En manque de cette peur du lendemain, celle qui donnait l'adrénaline nécessaire pour s'accrocher à cette vie pleine de mensonges. Cependant, je dois reconnaître, que j'ai pu enfin dire « Adieu » aux monstres qui ont croisé mon chemin, aux mauvais souvenirs qui m'empêchaient de continuer à marcher droit, à tout ce qui blessait mon âme sans raison apparente. « Adieu » à tous ces coups du sort qui m'ont ôté tous les gens importants pour moi et qui m'ont laissé à la place des parasites qui étaient aussi utiles à mon existence qu'un seau de sable dans un désert.

Maintenant ? J'ai la légitimité de souffrir parce que je suis le mal, n'est-ce pas ? Je me sens plus méritante de tous ces tourments. Et quand bien même ? Pensez-vous qu'ils m'atteignent vraiment ? Peut-on blesser un démon ? L'on peut l'agacer, tout au plus. Le déranger, si peu que l'on soit méthodique, mais le blesser ?! Foutaises !!

J'ai vu les couleurs de mon âme changer. Je suis passée d'un presque blanc à un presque noir. La seule chose qui reste de mon ancienne vie est la solitude. Je pense qu'une âme, peu importe son camp, ne peut ne pas connaître ou sublimer sa solitude, si celle-ci lui a toujours collé à l'esprit ou faisait partie de son cœur..... même si ce dernier s'approche diaboliquement de l'inhospitalité. J'aime la nouvelle couleur de mon âme, j'aime mon camp, j'aime cette atmosphère méphistophélique et finalement pour rien au monde, je ne voudrais redevenir humaine …... J'étais beaucoup trop fragile. J'ai été projetée dans les ténèbres à temps. À vrai dire, le côté martyr ne m'emballe guère, je ne suis même pas sûre qu'il siée à ma véritable nature …........

Partager cet article

Repost0

Han tog min hemlighet till graven ........

Publié le par Sabrina De L.

Mon corps était marqué de symboles. Humaine ou vampire, j'avais toujours eu besoin d'inscrire sur mon épiderme ce que j'étais. Je me disais qu'il était probable qu'un jour je perde la mémoire ou que mon histoire me soit volée ou détournée. Je voulais me rassurer, alors ma méthode consistait à prendre exemple sur les tombeaux égyptiens. Tous ces hiéroglyphes, ces dessins qui rappelaient la grandeur du pharaon, son parcours, sa biographie. Le sarcophage de mon âme, n'est-il pas mon corps ? Je parsemais donc ce dernier de ce qu'était mon histoire ….... Il posa les yeux sur ma cuisse gauche.

  • Pourquoi est-elle enchaînée ?
  • C'est un démon, lui répondis-je, son âme est noire. Elle est liée à ses péchés, à son histoire. Elle ne peut pas faire machine arrière. C'est symbolique.
  • Mais elle pleure ?
  • Oui, des larmes de sang.... Elle est damnée ….. Les démons ne sont pas dénués de sentiments, tu sais ....
  • Pourquoi ?
  • Le sait-on vraiment ? Regarde sa puissance, ne t'arrête pas sur ses larmes ! Elle est forte même enchaînée. Regarde ses ailes comme elles sont grandes, ouvertes et si brillantes. Regarde là comme elle est vraiment ! Ne prends pas pitié. Elle délie ses poings quand elle veut..... La ruse est propre au démon, tu devrais le savoir.

Il approchait son regard de ma cuisse.

  • Elle a un tatouage sur la cuisse gauche elle aussi. Avec deux initiales ….. K …. H ??

Je gardais le silence. Il me regardait, attendant une réponse. Je le fixais le sourcil gauche relevé, amusée par tant de curiosité et je lui répondis :

  • Elle a une croix inversée aussi, et un 666 qui lui surplombe le plexus.....
  • K ….. H ….. avec des roses ?
  • J'ai lu quelque part que celui qui cache son secret est maître de sa route. Tu parles trop ….. Approche, je vais te le dire à l'oreille......

Il ne s'est pas méfié de moi. Il s'est approché sans hésitation. Je lui dévoilais qui était derrière les initiales et je descendis jusqu'à sa carotide …... Je me délectais de son sang, de son âme et  il est mort en emportant mon secret .......

Partager cet article

Repost0

Kom in i dansen !!! ..........

Publié le par Sabrina De L.

crédits photos Ioan Blacksmith

[......] Je n'ai pas envie de correspondre à votre vision .... non, pas envie .... j'veux du mystère, des "boom-boom" au cœur à m'en faire crever, j'veux des mots à n'en plus finir, j'veux apprendre, je veux continuer à m'émerveiller de choses primaires...... Je veux vivre et sentir mes crocs plonger dans votre cou offrant .... Rangez votre "notice de vie", j'ai de bien plus grandes ambitions !! Ma solitude s'invitera au bal de votre vie, si peu que vous ayez envie de danser ......

(Extrait écrits Sabrina De L. - Mai 2016)

Partager cet article

Repost0

Min andra ..............

Publié le par Sabrina De L.

crédits photo : S.De L.

L'on s'imagine souvent une vie idéale, un amour idéal, un parcours global idéal. Bref, un truc qui ferait de notre existence un chemin admirablement réussi. Force est de constater si l'on n'a pas trop de « chance », on passe souvent à côté de ce qui « aurait pu » et devons nous contenter de « ce qui est ». Cependant, je reste persuadée que tout ceci n'est pas une question de chance, non, c'est le destin qui nous souffle la direction à prendre et que ce pauvre pépère, nous l'écoutons rarement !! Allons !! Soyons honnêtes ! Combien de fois une sensation interne ou une « petite voix » intérieure nous a soufflé : « Je serais toi, je passerais mon chemin ! Ça puire !! …. Ne fais pas ça, tu vas le regretter » ? Et combien de fois, tels des aventuriers courageux ou inconscients, nous plongeons à pieds joints dans le « piège » qui pourtant avait été signalé par notre petit soldat, ce gardien de notre existence. On peut l'appeler aussi « la première impression », souvent, il vaut mieux s'y fier, à 97%, elle est la bonne. Mais là aussi, on essaie de se dire qu'il y a ces petits 3% qui sont sûrement « l'exception qui confirme la règle » et que cela serait bien dommage de passer à coté de la « chance » de notre vie. On tente, et puis à force d'avancer, l'on constate que l'on s'est encore fourvoyé !

Je ne pense pas que tout ce que l'on vit soit une question de chance, ni une question de hasard . Tout ce qui arrive dans nos vies est souvent la résultante d'un choix personnel ou d'une direction prise. Je ne mets pas en exergue les choses dîtes « de la vie » telles que la mort, la maladie ou les traumatismes en tout genre (restons lucides). Moi, je vous parle de ces choix, de nos choix !! Ces moments où l'on avait la possibilité de "fuir" ou de "tenter" et que nous sommes restés là, inertes ou à faire le contraire de ce que le petit soldat nous murmurait ! Je vous parle de ces heures de lamentations au moment du bilan de nos vies où l'on se complaît, parfois, de remettre ça sur le dos de « la-faute-à-pas-de-chance », ou que l'on assaisonne à coups de « si j'avais su ….. », « j'aurais aimé …... » etc etc etc ….. Une salade de regrets dans laquelle l'on renvoie fatalement la faute sur cette pauvre existence qui est juste là pour vous donner des leçons, et admettons le aussi, nous  pousser à nous battre. Il n'est écrit nulle part que la vie est "facile". (et on en chie encore plus lorsque l'on est damné, croyez moi !). Cette aptitude à se trouver des "excuses" plutôt que d'assumer qu'on a juste merdé ou été "un p'tit peu con pour le coup" ou encore "lâche" ou "naïf" .... Je pourrais allonger la liste, mais, je voudrais entrer dans le vif du sujet !

En tant que démon, mon plus gros point faible est l'amour !! ….. Rigolo, n'est-ce pas ? C'est sur l'un de ces choix que je voulais amener ma réflexion. J'ai aimé plus ou moins bien, plus ou moins fort, parfois pas assez et des fois trop (même si ce dernier qualificatif est très rare pour être honnête avec vous, mais sachez que ça m'est arrivé !!). Si je n'ai jamais poursuivi ce chemin « main dans la main » avec l'élu où que je ne me suis pas « battue » pour « sauver l'amour », c'est que finalement, rendons nous à l'évidence : ce n'était pas la bonne personne ! On idéalise souvent la rencontre de l'autre, car elle déclenche en nous la panoplie du « je-ne-vois-que-ce-que-j'ai-envie-de-voir » (parce que j'ai tellement besoin d'amouuuuuuur), on se monte des films, des péplums, de ce que la personne est ou plutôt ce que nous aimerions qu'elle soit. Cet idéal qu'on a construit mille fois dans notre esprit, qu'on a colorié, qu'on a sublimé, cet idéal dont nous sommes VRAIMENT amoureux. Ce fameux « parfait »..... Comment le reconnaître ? Ce brillant "Parfait" pour moi est un vrai feu de la St-Jean dans notre existence, un embrasement que l'on nourrit jusqu'au bout, pas un feu de paille qui se consume aussi vite qu'il a été allumé. On ne s'en lasse pas du "parfait" ….. la bonne personne, ses défauts sont la plus jolie parure qui répond à nos propres défauts. La bonne personne est avant-tout un complément de nous. Je pourrais vous faire une théorie pendant des heures, vous dire que l'amour ne doit pas « sauver » quoi que ce soit qui merde en nous, ce n'est pas un sentiment qui doit servir de « pansement ». L'amour, le vrai, ne se modèle pas, ne s'apprivoise pas. L'amour, c'est un plus dans l'existence, le truc qui vous fait pousser des ailes et qui élève une colonie de papillons aux couleurs inégalables au fin fond de vos entrailles. Des papillons qui ne meurent jamais ! L'amour c'est une force, c'est cet autre, ce regard dans lequel notre image reflète avec douceur et vérité, cette complicité, ce distinct « nous » que nous avons perdu et qu'il nous tarde de retrouver. Et ça, croyez moi, « la première impression » vous fera comprendre que vous l'avez en face de vous au moment venu.

Oui, j'ai aimé plus ou moins bien, plus ou moins fort, parfois pas assez et des fois trop …. mais ce n'était pas mon « autre » ….....

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>