Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'histoire .......

Du kan räkna kronbladen ! ...........

Publié le par Sabrina De L.

Mes ami(e)s me manquent. J'ai dû les laisser loin derrière moi. Rendez vous compte du genre de personnage que je suis !!! En même temps, comment voulez-vous que j'impose un : « Hej ! Salut ! Je suis votre amie et je suis devenue vampire !! Ne vous inquiétez pas, ça biche sévère ! On s'en jette un mais uniquement le soir, parce que la journée, je peux pas, j'ai cercueil !! ». Un peu de sérieux, que Diable ! Excepté Luc, ahhhh, mon cher Luc, celui qui n'ignore pas !! Lui, je sais pertinemment que je peux l'appeler si je le veux, il viendra expressément me voir, pour m'étreindre de nouveau. Je m'étais enfuie pour me « retrouver » avais-je conclus. J'avais simplement omis que sur l'échelle du diabolisme, au dessous de moi (oui, restons dans l'interprétation humaine : Le ciel : en haut, l'enfer : en bas!), bref, où en étais-je ? Oui, donc, sur l'échelle diabolique, au dessous de moi : c'est Satan !! Bon, d'accord, j'avoue peut-être avoir un peu les crocs gonflés par tant d'arrogance mais je vous promets qu'avec les derniers événements que je ne peux vous conter, j'ai quand même pas mal roulé ma bosse niveau puissance. Et je m'arrêterai là, vous pourriez m'accuser d'orgueil et je ne veux pas ….. c'est péché et le péché …. C'est le mal !! (Je crains que vous deviez vous habituer à mon humour quelque peu mal placé et assez ironique, mais je ne peux hélas me changer … non, même pas un petit « pieu». Je vous la refais ou alors vous avez mis une étiquette sur ce qui vous attend ? ).

Mes ami(e)s me manquent et parfois, j'aimerais juste pouvoir les voir, juste une heure et leur effacer la mémoire ensuite. Je me souviens d'ailleurs qu'à ce propos, je connaissais un grand sorcier. Nos chemins s'étaient liés à cause de Ian. C'était son meilleur ami et il était devenu, avant les événements récents, un de mes précieux alliés. Stieg, son prénom était Stieg ! Ce qu'il est devenu ? Je n'en ai aucune idée, il a peu à peu quitté notre chemin quand j'ai dû lui annoncer que Ian était devenu vampire. Mais si à l'heure actuelle, il était là, je lui demanderais de m'aider, trouver un sortilège qui efface la mémoire. Je pense que Stieg m'en voulait toujours pour la perte de son ami. Pour lui, Ian était mort. Je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir, dans la définition pure, c'est ce qu'il était. Stieg est suédois, tout comme Ian l'est. Et je vous promets qu'à force de vivre autour d'eux, certaines caractéristiques reviennent entre autres, comme une marque de fabrique : leur côté très carré ! ….. Ce que suédois dit, suédois fait. Même si tout cela est rempli de diplomatie, il peut vous envoyer chier sur les roses de la plus parfaite manière qui soit …. et pendant ce temps là, pour masquer votre honte, vous comptez les pétales ….............

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article
Repost0

JävIa Iivet eller hur ? ......

Publié le par Sabrina De L.

Il va sans dire que mon entrée en matière de présentation avec cette chère Karine n'était pas vraiment la meilleure interprétation de moi-même. « Ainsi va la vie ! », certain(e)s diraient et je ne vous raconte pas quand cette dernière est vampiriquement longue. Il avait donc posé son choix, son cœur, sur quelqu'un qui ne me ressemblait absolument pas. Je pourrais ainsi en conclure que je n'ai pas de regrets à avoir puisque de toute évidence, j'étais loin de son idéal. Oui …. mais non ! J'ai un énorme défaut qui s'est amplifié avec le don ténébreux, je suis butée, je pousserais même jusqu'à qualifier cela d'obsession. Et si on va plus loin, je suis assurément psychopathe !

J'avais une définition de l'amour assez élevé et à la fois à portée de canines. Je voulais partager, je voulais rire. J'avais la vision de deux âmes complémentaires qui avaient des moments de complicité qui faisaient plaisir à voir ou à vivre. Un truc à l'eau de rose avec des bulles de toutes les couleurs autour. Des bras dans lesquels je pourrais souffler, m'endormir. Des yeux dans lesquels mon reflet serait sublimé. Des rires qui feraient écho jusqu'au fin fond de l'univers. Une peau que je pourrais aimer, embrasser, caresser, dont le parfum aurait une unicité si enivrante que parmi la foule, les yeux fermés, juste à la toucher, la sentir, je saurais la reconnaître. « A la vie, A la mort », cette loyauté envers un amour, le protéger, le porter, faire de l'autre son essentiel, son double, cette partie qui fait que vous vous sentez enfin complet dans ce dédale qu'est la vie.

Visiblement, j'avais encore de bonnes années devant moi pour me sentir à demi. Pour boiter du sentiment. Mon autre partie n'était pas prévu au programme dans les semaines arrivantes. Un rat mort à côté de moi, aurait une mine plus enjouée à cet instant même, rien que d'avoir eu cette pensée !

Je ne la connaissais pas, mais je haïssais finalement tout de cette Karine, cette blonde aux jambes interminables et au visage si parfait, si pur, si angélique. Je ne comprenais plus vraiment le sens de ma vie. J'étais en train de la reconstruire, je souffrais encore terriblement de ce passé qui n'était pas si loin. Je pensais que l'existence m'offrirait quelque chose qui adoucirait ma douleur, nourrirait mon âme, une sorte de baume qui apaise un peu plus chaque jour cette brèche qui me tuait. Et au lieu de cela, je venais de me prendre une sorte de coup de boule rotatif avec le remerciement du personnel en prime ! ….. La vie, quelle chienne ! ….........

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article
Repost0

Det fanns tillfällen när jag önskade att jag var död .........

Publié le par Sabrina De L.

Alors que je venais de me sustenter au cou d'un gros lourdaud qui avait une passion certaine pour toutes sortes de choses que j’exécrais, en brave tolérante et le cœur sur la gousse, je ne l'avais pas « vidé » complètement de son sang de qualité médiocre, ce mec mangeait mal !!! (même si ce n'était pas l'envie qui m'en manquait!!). J'essayais tant bien que mal de « racheter » ma pauvre âme, comprenez ? Voyez l'effort que je fournis. Foutaise, vous pensez ?? Vous n'avez pas tort, je ne veux juste pas me faire griller !! Bref, je regagnais le « Lost Paradise » histoire de voir qui je pourrais saouler de nouveau, avant de m'offrir une deuxième tournée de jugulaire. J'avais les joues rosies. Quand je bois du sang, c'est assez semblable à un « contouring » réussi, tout à coup, mes pommettes deviennent rosées et superbement soulignées….. J'entrais nonchalamment et je le vis, LUI, assis à une table, seul ..... Je ne sais pas si c'est le sang qui me désinhibait mais je fonçais direct vers lui. (Le vampire sûr de lui, voyez le genre?). Et je l'accostais de la manière la plus pourrie qui soit :

  • Hej !! Rolf !! ça gaz ???

Il relevait le visage vers moi, visiblement interloqué par mon entrée en scène.

  • Oh Sabrina ! Oui, je vais et toi ?

N'attendant aucunement qu'il m'invite, je prenais place en face de lui. (Mesdames, en matière d'approche, surtout évitez absolument ma technique, vous comprendrez pourquoi au fil de vos lectures)

  • Je vais, je vais ! Mais dis moi, que fais-tu, seul, dans un endroit aussi lugubre ?

  • Je pourrais te retourner la question ? A vrai dire, j'attends quelqu'un.

  • Ah ? Je vais te laisser alors.

  • Non, non.... je suis en avance. Ce côté méticuleux qui me caractérise.

  • Je t'offre quelque chose ?

  • Pourquoi pas ?!

J'appelais Max et nous commandions respectivement ce que nous voulions. J'étais face à lui. Je ne vous donnerais aucune de mes minutes, AUCUNE ! Son regard, sa manière de s'exprimer, sa façon de mouvoir ses mains, doucement, délicatement, quand il insistait sur un point de la conversation. Et ce sourire, ce rire, ce nez qui se retroussait lorsqu'il riait. J'adorais le timbre de sa voix, j'aurais pu l'écouter pendant des heures, il aurait pu me dicter le « Larousse » que j'aurais trouver ça génial. Il avait un accent suédois, si discret que je trouvais cela follement attirant. Nous avons échangé pendant une bonne demi-heure, j'étais aux anges (ouais, façon de parler. Ne commencez pas à interpréter mes écrits, je me vexerais). Nous avons ri, beaucoup ri. Je vous invite à participer à mes conversations, qui ne sont jamais « sérieuses » avec les humains, je n'y arrive pas, vous êtes ma récréation au milieu de mes ténèbres. Et alors, si en plus, je fond des canines devant votre minois, vous obtenez le plus bas Q.I vampirique qu'il vous est donné de croiser. Ce qu'il était beau, ce qu'il me plaisait. Les années n'avaient aucunement altéré ce qu'il avait éveillé en moi, humaine ou pas, il était parfait ! Pour vous dire, j'étais même intimidée, alors qu'il faut quand même être honnête, je peux vous faire embrasser vos genoux, vous plier comme une chaise, vous tourner le cou à 180° en un clignement d’œil et sans effort. Je tiens votre vie entre mes mains, si je veux !!  Et là, devant lui ? Je me sens comme une chauve-souris qui serait atteint de pelade ! J'ai le corps à vif, rosé, tout offert et tremblant ! Je suis intérieurement, totalement stressée. Le premier rapace qui passe, peut me choper sévèrement tellement il me rend malingre. Cet humain a un pouvoir sur moi et il ne le sait pas. J'étais en train de me nourrir de son regard quand son rendez-vous arriva. Elle était belle, grande et blonde, mince et délicate (bref, mon opposé!). Je me levais pour la saluer, il suivit mon mouvement et me dit :

  • Sabrina, je te présente Karine. Ma future femme.

Et la seule réponse sensée que j'ai réussi à sortir fut :

  • Comment tu peux emmener ta future femme dans un endroit aussi pourrave ?? Enchantée, je suis Sab' …. ouais, j'préfère ! Sab', ça fait plus court ! Comme les cleb's, tu vois le genre ?? Pour répondre, c'est plus simple avec une syllabe, sinon, je ne comprends pas !! Bonne soirée, Mme Future Rolf ….. (Je me retournais vers lui, lui donnait un petit coup sur l'épaule) Allez, bonne soirée mec ! 

Je quittais les lieux, vite, expressément. Mon cœur se serrait. Je me déplaçais rapidement vers une ruelle sombre et isolée et je me mis à hurler. Je tombais à genoux, et pour la première fois depuis que j'avais pris de la puissance, je pleurais des larmes de sang …... La première phrase qui sortit de ma bouche après avoir sangloté et imbibé mon haut d'hémoglobine fut : « I'm fucking suffering !! »........

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article
Repost0

Det finns ingen kärlek.............

Publié le par Sabrina De L.

Les jours suivants, je décidais de ne pas quitter mon antre. Je ne voulais pas me mêler au monde extérieur. Cela m'arrivait assez souvent, j'aime ma solitude et je l'ai toujours aimée, même humaine. J'étais restée bien sagement chez moi, les crocs au chaud. J'avais lu, écouté de la musique. Je m'étais perdue en pensées loufoques ou romantiques, comme j'aimais le faire. La musique est vitale pour moi, autant que la lecture. J'aime énormément le rock ! Je vois d'ici le cliché : « Normal pour un être démoniaque » et là, je vous stoppe tout de suite, j'ai une certaine attirance également pour la musique classique avec un penchant certain pour ce cher Franz Litz. Sa « Valse-impromptu » est pour moi, un délice, un bonbon sucré, une douceur grisante. Elle me transporte dans une autre époque où je peux allègrement me perdre dans des rendez-vous romantiques avec l'élu de mon choix, l'invitant à se joindre à ma danse. Je porterais une longue robe de bal en soie noire. Mes cheveux seraient sagement ramenés en un chignon et j'arborerais une parure ornée de subtiles pierres noires en onyx qui étincelleront sur ma peau de nacre. Je serais là, me tenant droite, affichant un air raffiné, vêtue d'un magnifique corset qui mettrait en avantage mon gracieux décolleté. Je lui glisserais à l'oreille tout en valsant, qu'il est le plus charmant de cette réception. J'ajouterais que je suis la femme la plus chanceuse d'être à son bras, unique d'avoir ce privilège et que j'aime me voir dans ses yeux. Je serais assurément posée, pondérée et d'une grande distinction. Et oui, que croyez-vous ? Que j'ai absolument voulu être cette brute épaisse que je suis actuellement, cette non-romantique dans ma vie humaine et vampirique ? Sachez que, tout comme le don ténébreux, on ne choisit pas de venir au monde tels que nous sommes. Je me suis faite une raison, je me suis accommodée de ce que l'on m'a donné lors de ma naissance et de ma « renaissance » (je ne sais trop guère comment appeler cette malédiction). Bref, j'aime ce que je suis et j'aimerais à la fois, être quelqu'un d'autre.... Paradoxal, n'est-ce pas ?

Je veux vibrer ….... je veux aimer ….. Et en règle générale, quand je commence à imaginer des conneries pareilles, je remets les crocs dehors, histoire de saouler 3-4 d'entre vous et de vous vider un peu de votre raisiné. Je pense que le manque d'hémoglobine me transforme en une chose trop molle, trop naïve, une peu conne. Comme une sorte de « warning » interne : "Danger, Danger, tu vas franchir la ligne de débilité !!" Quelle était l'alerte quand j'étais humaine, me direz-vous ? Pour que j'arrête de rêver à cet amour qui n'existe pas, c'est ça ? Allons, ne soyez pas si sots, assurément comme une bonne partie des âmes qui souffrent en ce bas monde, mon choix était : L'alcool......

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article
Repost0

Jag är en modern vampyr .... En vampyr 2.0 .....

Publié le par Sabrina De L.

L'aube n'allait pas tarder à se montrer et j'avais fini d'errer. Pas de « couleur scandinave » aux alentours, donc, je me dirigeais tranquillement vers mon antre, totalement détendue. Je ne vais pas vous vanter les mérites d'une nuit ultra amusante, mais elle a au moins eu la capacité de ne pas être si catastrophique que cela. Ian et moi avions peu échangé, mais je dois reconnaître que la conversation était de qualité lorsque nous l'avons fait. J'avais appris avec les années à piocher ce qui était positif en toutes situations ….. enfin presque.....

Ma nouvelle vie me perturbait souvent, mais je vous vois venir et je préfère mettre un terme à tout échafaudage de votre part concernant mon comportement envers vous, chers humains. Je ne suis aucunement sanguinaire, et Diable merci, j'ai un tant soit peu une éthique que je m'échine à préserver. Premièrement, vous décimer « à la barbare », très peu pour moi et cela serait le meilleur moyen de me faire griller comme une jeune pucelle ! La chasse aux vampires et le bûcher ardent, très peu pour moi ! J'avais LA technique. Sans entrer dans les moindres détails, disons que tout au pire, croiser mon chemin vous apporte tout au plus une énorme carence en fer et globules rouges. Ma technique consiste à vous faire perdre connaissance ( pour y arriver, je vous saoule avant en alcool et non pas en paroles, ce qui n'aurait pas le même effet escompté) et je vous aspire quelques centilitres. Je sais m'arrêter avant l'abus fatidique et mortel qui vous empêcherait de vous retaper assez vite. Bien entendu, je m'assure également que vous ne soyez pas frêles, enfin, vous me comprenez. Je vous choisis méticuleusement. Telle une brave cuisinière, je sélectionne mon morceau de viande avec beaucoup d'exigences...... Ne cherchez pas de morsures, là aussi, je procède autrement ….. Bref, vous vous réveillez le lendemain, un peu flasque, mais à la vue de tout ce que vous avez absorbé avant ça, vous détenez la raison de votre mal-être. Tout au plus, vous vous considérez simplement comme un poivrot de compétition, un alcoolique hors-pair, une éponge dont vous ignoriez l'entière capacité d'absorption. Je suis un vampire puissant, je peux rester quelques temps sans m'abreuver et sans que cela me tape sur le système. Je suis une sorte de chameau vampirique. Un démon moderne !!

Je rentrais donc chez moi à l'aube. Je filais sous une douche chaude afin de réchauffer pendant quelques minutes mon sang froid et je me glissais doucement dans mon lit géant (2m x 2m), sous cette lourde couette qui écrasait mon corps de marbre, en ayant pris soin auparavant d'abaisser les stores. J'attendais ma prochaine soirée. Une nuit venait encore de s'écouler, le train-train quotidien d'un vampire ordinaire ….....

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article
Repost0

Det är en liten lögn ...... en vit lögn.......

Publié le par Sabrina De L.

  • Ouais, on se balade si on veut.

Je lui répondais avec un grand sourire, qui n'était pas vraiment habituel dans mon attitude générale. Ian me connaissait.

  • Pourquoi tu souris ? Qu'est-ce qu'il y a ?

  • La vie, mec ! La vie …. enfin, en a-t-on vraiment une en tant que vampires ? Tout ce merdier Ian. Le soleil me manque peut-être. J'veux vivre un truc qui me fouette le sang. Ah … et Eli est de retour.

Il se figeait. Je lisais dans ses yeux une angoisse. Puis, son regard cherchait quelque chose, il voyageait de droite à gauche, puis de haut en bas. Je l'attrapais par les épaules pour qu'il fasse une mise au point sur mon faciès.

  • Oh la, tout doux mon beau ! Va pas nous faire une syncope, ça ferait désordre !

Il n'arrivait pas à parler. Ses yeux me fixaient, il était apeuré. Puis, il lâchait d'une voix à peine audible :

  • Qu'est-ce qu'on va faire, Sab' ?

Je n'avais pas vraiment de réponse à lui apporter. Finalement, ça ne m'amusait plus. J'étais heureuse au départ de lui gâcher sa soirée, mais à la vue de son ressenti, je me sentais ridicule de jouer avec ses angoisses. A part lui conseiller d'être sur ses gardes ou encore ne pas trop traîner hors de notre périmètre, je n'avais rien de plus à lui suggérer. Je ne craignais pas pour ma « vie », je craignais pour la sienne. Ian était un vampire moins puissant, novice. Et si Eli devait m'atteindre, il commencerait assurément par lui.

  • Mais comment tu sais ça ? Comment tu l'as su ?

Je le regardais en me caressant la nuque de la main droite. Je ne cherchais plus vraiment à le faire paniquer. Alors, je m'évertuais à trouver les bons mots. C'était absolument inutile. J'avais ouvert la brèche.

  • Håkan ! Håkan était chez moi quand je suis rentrée l'autre nuit.

  • Håkan ?? Chez toi ?? Comment a-t-il pu ? Tu l'avais déjà revu ?

Un vampire ne peut entrer chez quelqu'un sans y être invité, et il en va de même entre nous. Et il y avait peu de temps que j'avais emménagé. Non seulement, je venais d'activer la peur chez Ian, mais je venais de lui dire sans effort que je lui cachais en plus, parfois, quelques trucs. Je ne mentais pas, simplement, je n'avais pas cherché à l'inquiéter. D'accord Håkan était quelqu'un de dangereux et d'instable. Malgré tout, nous nous respections.

  • Réponds, putain, Sab' !!!

  • Oui, je l'ai revu, une fois ou deux, comme ça. Je ne suis pas obligée de te raconter tous mes faits et gestes ? Si ?

  • C'est clair, surtout quand c'est anodin, hein ! Fous toi de ma gueule !

Il prit le tabouret du bar qui se situait à côté du mien. Il commandait une coupe de champagne à Max. Et nous sommes restés dans un silence de mort, seules les personnes autour de nous donnaient le change. Il ne m'adressait plus la parole, ni ne me regardait. Non seulement ce soir là, je ne vis aucune « couleur scandinave » mais en plus, je me fis chier comme un rat mort....... Il y avait des nuits comme ça …...........

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article
Repost0

Tänkte han på mig ?

Publié le par Sabrina De L.

Avec ma chance légendaire, vous vous doutez qu'aucune « couleur scandinave » n'était présente au « Lost Paradise » ce soir là. J'avais demandé à Max, une coupe de champagne histoire de donner le change ou plutôt faire marcher le commerce. Il me posait la question classique et mécanique qui n'attendait pas vraiment de réponse « Hey ! Ça va Sabrina ? », à laquelle je répondais par un vague sourire et un hochement de tête qui répondait positivement. Cette soirée là, je me suis encore plongée, accoudée au bar, dans ces bulles qui m'hypnotisaient toujours autant. Et puis je laissais vagabonder mes pensées. J'étais un vampire qui moulinait beaucoup du bulbe, pour parler métaphoriquement.

Je repensais à Rolf. 32 ans !! Vous vous rendez compte du temps ?? 32 ans qu'il fait partie de ma vie sans le savoir. Vous trouvez cela stupide, n'est-ce pas ? Moi aussi, je vous rassure. Les nuits, humaine, où je rejoignais mon lit (accompagnée ou non) et qu'il s'incrustait dans mon moment. Les fois où je m'endormais et que je songeais à son visage avant de plonger dans les abysses des rêves. Et pendant ce temps, lui, que faisait-il ? Visiblement, pas la même chose que moi, étant donné qu'il ne se souvenait même pas de mon prénom. Comment avait-il dit déjà ? « La jeune fille rêveuse », c'est cela, voilà l'étiquette de son souvenir me concernant. Je vous l'accorde, il avait eu l'impression de « m'avoir déjà vue quelque part » lorsque nous nous sommes retrouvés. En règle générale, on se souvient aisément de qui vous rentre dedans en vous déboîtant quasi une épaule, non ? Bref, toujours est-il que souvent, l'amour vous fait faire des choses dont vous êtes le seul acteur. Quand je pleurais parce qu'il manquait à mes instants, ou lorsque je trouvais la vie trop injuste de ne me faire croiser que des blaireaux, que faisait-il ?

Je vous rassure, mon cœur n'avait pas été un espace réservé « Rolf » pendant toute ma vie vampirique ou non. Je suis relativement assez butée et stupide, mais je ne refoule jamais ce que mon âme ressent. Non ….. J'ai aimé quelqu'un à part Rolf. Mais je n'ai pas envie de vous le confier. Non. Je ne me sens pas prête. Je recommence une nouvelle vie, et certains aspects de l'ancienne n'ont pas encore leur place ici. Je me le refuse. Tout ceci est trop frais, et j'ai toute l'éternité pour en parler. (Pas vous? Qu'y puis-je?)

Il m'arrivait, pour exemple, lorsque je faisais les boutiques, d'acheter des vêtements très femme, en me demandant ce que Rolf penserait de cela. Alors que le mec, si cela se trouvait, était en train de s'envoyer en l'air ou pensait au cadeau de St Valentin qu'il offrirait à celle qui avait la chance d'avoir ses yeux « couleur scandinave » se posant sur elle, à ce moment là. Je ne la connais pas et pourtant, je la déteste !

J'en étais toujours à mes pensées qui me faisaient souffrir plus qu'autre chose quand je reçus une tape sur l'épaule accompagnée d'un :

  • Hej ! Ma chérie, ma râleuse préférée ! On s'balade ?

Ian, mon boulet préféré, Ian … à son air, j'en conclus qu'il n'était pas au courant du retour d'Eli. Ayant envie de lui faire passer cette bonne humeur merdique, j'avais pour projet de lui ruiner sa soirée en lui annonçant. Que voulez-vous, j'ai les crocs sur la main.............

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>