Någon dag ... någon ... någonstans

Publié le par Sabrina De L.

Crédits photos (modifications) : S.De L.

J’ai perdu tout ce en quoi je croyais. Je n’ai plus d’illusions. Alors lorsque l’on me dit ou me fait comprendre « qu’un jour, quelqu’un », je souris ironiquement. Un jour, quelqu’un, quoi ? Je n’ai pas été choisie au hasard pour devenir vampire, je n’ai pas été maudite par hasard. Je suis prisonnière de ma mélancolie, prisonnière d’un ressenti qui n’est plus, prisonnière de souvenirs dont peu à peu la consistance s’amenuise. On ne peut éternellement côtoyer les ténèbres sans apercevoir la lumière. Je vous le concède, si cela vous chante. Mais la regrettable information à tout cela est que toutes les lumières ne sont pas naturelles. Peut-on en dire autant des ténèbres ?

Alors si quelque part, quelqu’un se sent prêt à me prendre la main, à me dire que tout ceci n’est pas un hasard maudit, à me faire vibrer, à m’emmener et me prouver que l’amour n’est pas vain, alors concèderai-je à la lui tendre. Concéderai-je à y croire encore un peu… hélas.

Tant d’attente a brisé l’espoir, cet espoir si infime qui coulait encore dans mes veines. Toi, mon quelqu’un. J’ai tant pleuré à un avenir meilleur sans jamais apercevoir ton ombre. Je me suis tant perdue dans des désillusions sans jamais sentir ta présence réconfortante. J’ai essayé de vivre moins vite mon chemin, me retournant parfois, pensant peut-être que tu peinais à me rattraper. Parfois, j’ai crû te reconnaître maladroitement… hélas.

Je ne me retourne plus. J’avance…  un jour, quelqu’un, quelque part.

(Extrait du journal vampirique - quelque part ...) 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article