Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

47 articles avec mes pensees a fleur de crocs

Jag älskar fortfarande dig ............

Publié le par Sabrina De L.

(Crédits photos S.DE.L.)

Tu penses que je t'ai tourné le dos ? Je dirai plutôt que je me suis éloignée de toi. Je ne te fuis pas, j'ai juste quelques griefs. J'ai toujours et j'essaie encore, par ailleurs, d'être la plus juste qui soit, d'être irréprochable et pourtant, tu m'as rarement épargnée. Je n'ai pas de rancune, cette attitude sert aux faibles. Souvent, je me dis que si tu me donnais la possibilité de tout recommencer, alors je te demanderai de ne rien changer ! Aucune larme, aucun rire, aucun désespoir, aucun mensonge, aucun leurre, aucun amour, aucune erreur, aucune réussite, aucune rencontre : RIEN …. Je demanderai à revivre tout pareil, la moindre seconde dans une copie absolument conforme…... tu vois, je ne t'en veux même pas …... Ne te méprends pas si j'ai préféré aller vendre mon âme, ou plutôt la jouer au poker avec le Diable, ton rival ! …. C'est simplement qu'à présent, quand il m'arrive quelque chose de mauvais, je ne suis plus étonnée. La raison est parce que j'ai changé de camp, que je t'ai « trahi », donc je paie. C'est plus logique, n'est-ce pas ? Parfois sont punis ceux qui font de leur mieux, pas forcément dans le bon sens, mais qui y mettent leur cœur, ceux qui veulent juste vivre, sans rien prétendre, juste profiter de la vie …. et puis , se pavanent impunément ceux qui ne savent même pas respecter la vie ou autrui, ceux là sont bénis des Dieux ….. Je ne crierai pas à l'injustice, je dirai juste que j'ai choisi mon chemin. Et avant d'être Diable, on est souvent ange …... un ange las d'avoir pleuré, d'avoir le cœur en miettes, un ange dont la lumière s'est éteinte, et qui choisit d'être éclairé par des flammes chaleureuses …... sans rancune …...

Partager cet article

Repost0

Han gick barfota genom världen ........

Publié le par Sabrina De L.

La première fois que je l'ai rencontré, j'ignorais qu'il faisait partie de ma caste. Comment et pourquoi cela m'a-t-il échappé ? Sûrement parce que tout vampire qu'il était, il n'y avait pas plus "humain" que lui. Le don ténébreux n'avait aucunement altéré son amour de la "vie", son amour "d'être là". Il dormait peu le jour. Il se consacrait à la lecture de nombreux ouvrages dans cette grande demeure, à l'abri de l'astre ennemi, il nourrissait son âme d'histoires, de poésie, d'amour écrit. Mais ce qui me frappait, était son besoin d'être pieds nus. Il ne gardait que rarement ses souliers. Nombre de fois où je l'ai croisé admirablement habillé, sans chaussure ! Il commençait son chemin les pieds emprisonnés dans ses alcôves de cuir, puis en cours de route, il se délestait de cette étreinte. A bien y réfléchir, la matière sur laquelle il posait les pieds lui importait peu, les cailloux, le macadam, le sable, l'herbe, le linoléum etc, tout était agréable pour lui. Il avait une réponse à cette manie. Il me disait que l'énergie de la terre passait par là, qu'il avait besoin de ne faire qu'un avec cette dernière, la sentir, la toucher et il ajoutait : "Aimerais-tu que l'on te touche uniquement avec des gants ? N'aimes-tu sentir la douceur, la froideur, la rugosité ou encore le tremblement de la main qui te frôle ? Ce délicat soubresaut qui trahit l'état de l'âme de celui qui caresse." Il était le vampire le plus en adéquation avec mère nature.

Alors, parfois, pour avoir l'impression qu'il était là, je me déchaussais et j'avançais sur les routes, je m'enfonçais dans les ténèbres et je fermais les yeux. En hiver,  le bitume me glaçait de sa froideur nocturne et les soirs d'été, il me diffusait les restes de chaleur de ce soleil dont je ne pouvais plus profiter. Il avait raison de par ce biais, je me sentais "vivante".  Alors je l'imaginais marchant à mes côtés, son regard couleur noisette posé sur moi. Je repoussais assurément une de ses boucles qui lui tombait sur le visage. Il me sourit et je suis heureuse, d'être juste là, avec lui.

Oui, je me déchausse parfois et j'ose espérer que mon chemin m'amène un jour, de nouveau, vers une de ses paires de chaussures qu'il aura négligemment abonnée .....

 

Partager cet article

Repost0

Lyssnar på vinden .......

Publié le par Sabrina De L.

Certaines rencontrent pensent que j'ai besoin d'être sauvée. Sauvée de quoi, je vous prie ? Je suis un démon, n'est ce pas ? Telle est ma condition, non ? Pensez-vous que je puisse contester mon propre destin ? Allons, allons, tout n'est pas aussi simple qu'il n'en paraît. Même si je me complais à crier haut et fort, que cela est soit "blanc", soit "noir", je dois admettre à contre-crocs qu'un joli camaïeu de gris se trouve souvent entre ces deux entités.

J'ai appris à écouter le vent. Oui, le vent, celui auquel on ne prête aucun crédit lorsque l'on est mortel. Seul le cœur compte, n'est-ce pas ? Oui et parfois la tête, mais beaucoup plus rarement. On "pense" avec son cœur et pourtant ....... Le cœur, parlons-en de celui là, cet organe aux sensations si pures, ce moteur, cet écrin, celui dans lequel se repose l'amour. J'en ai eu un jadis. Oh, il était beau, il était gorgé de passion, tant gorgé qu'il en vomissait de multiples sentiments inaltérés, immaculés. Il était noble, je le pense. J'y mettais "tout mon cœur", sublime terme pour celui qui est "entier". Je distillais autour de moi tout ce que j'avais de plus pur. J'ai aimé de toute mon âme, sans détour, avec la plus grande sincérité et je croyais à tous ces grands sentiments. Je pensais même qu'ils pouvaient se partager. Quel divin mensonge que voici !! Désolée, mes chers séraphins de qualifier un mensonge de divin, mais l'envie était trop grande de vous mettre encore ma déception sur les ailes. L'on m'a rendu tour à tour, tout ce que j'ai donné. "Merci pour tout, mon amour....." le tout orchestré d'un jeu d'acteur admirable, où la sincérité était si bien jouée que je me suis laissée prendre au piège plus d'une fois. Oh que j'y ai cru, oh oui !! Force est de constater que mon cœur, ce si chevaleresque organe, a explosé en un millier de morceaux pour finalement mourir. Morte d'avoir aimé ! Contradictoire n'est-ce pas ? Comment un sentiment aussi majestueux peut être à l'origine de toutes les souffrances ? Mon cœur a explosé en morceaux si abrupts et tranchants, qu'ils ont lacéré ce qu'il restait de mon humanité. Et me voilà démon, et depuis, j'écoute le vent......

J'ai appris à aimer mes doutes, ma souffrance et à choyer ma douleur. Ils sont légitimes, on connait toujours "le pourquoi" de la douleur, jamais celui de l'amour. Et je n'aime guère les choses que l'on ne peut comprendre, je n'aime guère la sournoiserie..... J'entretiens donc tout ce mal, car c'est une valeur sûre. Je ne suis pas née démon, je le suis devenue. Lorsque la sincérité est piétinée, à quoi bon s'échiner ?

Regardez-moi !! Admirez ma noirceur !! Regardez-moi évoluer dans les ténèbres. Connaissez ma renaissance. Celle qui rejette l'amour. Oui, je le rejette, je le piétine, je ne le respecte pas .........

Et puis, un jour, un sentiment qui ne ressemble à aucun autre jusque là, viendra cogner contre les parois de mon cœur aride et le vent me soufflera une douce mélopée, une rafale emplie de notes mystérieuses dont je m'enivrerai. Ce sera la mélodie d'un véritable amour, je la connaîtrais enfin ! Elle résonnera en moi comme une évidence, parce qu'elle parlera à mon âme. Voilà pourquoi depuis, j'écoute le vent .......

Je suis démon, mais j'ai encore gardé un défaut de mon humanité, hélas ...... cette pointe de naïveté qui fait que je ne suis pas encore complètement damnée. Cette naïveté qui me fait parfois espérer. Espérer quelque chose qui n'est qu'un mirage ...... Mais tel un assoiffé, je continue ma route, en écoutant le vent, espérant qu'il me souffle la direction à prendre pour m'abreuver ..........................

Partager cet article

Repost0

Djävulen kan älska .............

Publié le par Sabrina De L.

A la tombée du jour, j'aimais fréquenter les lieux où les amoureux se donnaient rendez vous. Là, où ils se retrouvaient pour faire éclater leurs sentiments. Les voir s'embrasser à pleine bouche me donnait un sensation de bien-être. Loin de moi l'idée d'être fleur-bleue, mais j'aimais voir les autres s'aimer. Pourquoi les autres me direz vous ? Je ne sais pas, je ne saurais vous dire. Voir leurs doigts s'enlacer, se tenant comme si l'un était la continuité de l'autre, entendre leur cœur s'enflammer au doux murmure d'un « je t'aime », quelle douce mélodie. L'amour ? Je dois en avoir une petite idée, un vague souvenir, une lointaine sensation. Je suis le diable, comment voulez vous que je puisse aimer ? J'ai un rang à tenir. Où alors, je me conforte tout simplement dans ce dernier, parce que personne n'a eu l'audace d'aimer le mal ou parce que personne n'y croit. Je suis consciente que mon âme est mauvaise, mais je peux faire preuve de douceur quand je fréquente mes semblables. Oui, le mal peut aimer. Ce n'est pas une qualité réservée aux séraphins ou autres êtres que vous vous complaisez à aduler ! C'est une erreur de croire que je n'éprouve rien. J'aime différemment sûrement, d'une manière plus subtile. Je suis mauvaise, donc. Je ne mérite pas l'amour, c'est cela ? Alors que je pourrais, de toute ma puissance rendre une âme heureuse, le peu qu'elle veuille être mienne, le peu qu'elle s'offre à moi sans me craindre. Tout à coup, le vide, la tristesse m'envahit. Je n'avais demandé à devenir vampire, mon créateur m'avait juste trouvée à la hauteur et à cause de cela, j'en étais à me « nourrir » de visions d'amour, tel un mendiant se pourléchant devant les quelques miettes que les badauds errants avaient daigné lui offrir par pitié. Je me levais, j'allais à l'encontre du couple qui se trouvait devant moi. Je tuais l'homme en premier, je le vidais de son sang avec délectation et je tenais par la gorge sa chère et tendre, pendant ce moment funeste. Devant cette vision d'effroi, elle en avait perdu sa voix. « Tu l'aimais n'est-ce pas ? », lui demandais-je, alors qu'il rendait son dernier soupir. Elle tremblait de la tête aux pieds, des larmes inondaient son visage. Tout en continuant à la tenir, je lui répondis avec un sourire non dissimulé : « Oui, sûrement, suis-je bête ! Tu sais ce que c'est, TOI !!! ». Je l'approchais de mes crocs qui ruisselaient encore du sang de son amant, et je lui réservais le même sort. « Je suis le Diable, disais-je. J'aurais dû la laisser ressentir le manque d'un amour, qu'elle souffre .... mais dans ma bonté, je préfère qu'elle le rejoigne …. Je suis le Diable, répétais-je. Je peux aimer, mais personne n'y croit, alors je leur donne raison.... car le mal est plus facile à être reconnu que l'amour que je pourrais offrir …. je suis un putain de diable, disais-je. Et je resterai damnée » ….

Partager cet article

Repost0

Mitt hjärta ....... Mitt liv ......

Publié le

(Crédits photos S.DE L.)

Chaque fois que je me sentais trop mal, mon premier réflexe était de prendre un billet d'avion et de me choisir méticuleusement un nouvel endroit où dormir au creux de ses bras, de son air, de ses couleurs, de son charme. Comment ne pas tomber amoureuse ? Il n'y avait qu'au sein de sa vie, de ses traditions, de sa langue et de ses heures que je me sentais en sécurité.

Je déposais mes valises, je faisais le tour du propriétaire. Bien vite, je pris une douche afin d'enlever toute odeur qui venait de l'endroit que je venais de quitter, cet endroit de cauchemar, cet endroit où je ne me sentais pas à ma place. Je soufflais enfin, ici, et j'étais à présent sous ce flot brûlant qui ne ressemblait à aucun autre. Oui, même son eau était différente. Elle tombait sur ma peau de manière plus délicate, plus douce, sa chaleur pénétrait jusqu'au plus profond de mon âme. Ce que je l'aimais !! Oh oui, ce que je l'aime !!

J'enfilais un pull à grosses mailles de couleur noir. C'était l'hiver. Je savais que le froid m'attaquerait dès que je mettrais le nez dehors, mais avoir froid ici me rendait impatiente. Je voulais m’enivrer de son fluide glacial, de son manteau blanc et de tout ce que la glace avait figé pour quelques mois. La solitude d'ici n'avait rien à voir avec ma solitude habituelle. Ici, elle avait un goût magique, comme si je me donnais rendez-vous, comme si je me retrouvais sous mes meilleurs jours, comme si je ne faisais enfin qu'une !! Mon âme était restée bloquée ici dans une ancienne vie, je ne voyais pas d'autre explication. Et puis, je savais que mon autre errait quelque part dans une de ses rues, que depuis toute petite, quelque chose me poussait à apprendre son langage pour un but précis. Mon autre, cet homme dont je ne connais pas encore l'existence venait d'ici. Oui, j'avais pris un billet d'avion, j'étais là, au creux de sa vie, au milieu de ces gens et chaque soir lorsque je m'endormais dans cette chambre d'hôtel, au petit matin, j'espérais que j'avais rêvé ma vie d'avant et que je vivais vraiment ici, que j'étais une des leurs, que tout ceci n'était pas qu'éphémère..... En vain, mon passeport me démontrer que j'étais juste encore une fois de passage. Alors, je me délectais de chaque seconde, je pleurais à chaque odeur, à chaque paysage, à chaque vision. « N'oublie jamais, souviens toi ! » me disais-je, « Sait-on jamais et si tu ne revenais pas ? » Voilà tout ce que je ressentais parmi les douceurs qu'elle m'offrait. Et puis, je retournais dans mon enfer, je pleurais à l'aéroport, comme si je quittais l'amour de toute ma vie, comme si l'on m'arrachait le cœur en emportant mon âme dans la foulée. Ce que je l'aime. Elle coule dans mes veines depuis des vies et des lunes. On ne peut aimer aussi fort sans qu'un noyau indestructible soit à la base d'un aussi joli arbre dont les racines sont en train d'emprisonner mon cœur. Et je ne fais rien pour empêcher cela, car je connais le véritable amour, elle s'appelle Suède.

 

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7