Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

6 articles avec les ecrits des autres ..... a croquer !!!

Dubbellivet ...

Publié le par Sabrina De L.

(Crédits photos : S.De L. modifié par appli PicSart)

 

Quelque chose de moi, plus vivant que la vie,
Plus vrai que le réel dont je croyais souffrir,
Plus puissant que l’amour dont j’eus l’âme asservie,
Quelque chose de moi qui ne saurait mourir,

C’est la part de moi même à moi-même ravie,
Eparse au sein de tout ce qui ne peut finir,
Que l’oubli me dérobe et que la mort m’envie :
— Celle que n’atteint plus même mon souvenir. —

Ce qui de moi s’en fut vers la chose éternelle
Qui fleurit sous les cieux du divin renouveau,
Ce que m’a pris le Rêve, emportant sur son aile
Mes aspirations vers le Juste et le Beau ;

Ce que j’ai dit tout bas à la nuit solennelle
Quand son aube invisible éclairait mon cerveau,
Ce que mes yeux ont vu quand j’ai clos ma prunelle,
Ma chair ne saurait plus l’entraîner au tombeau !

Je suis dans tout cela qui loin de moi demeure,
Partout où sous des yeux vola mon rêve altier,
Et tout cela vivra, que je vive ou je meure :

— Mon suprême désir me fera tout entier : —
Mon suprême désir et mon amour suprême
Dont l’objet immuable a dispersé mon cœur.
Donc, vainement le Temps me chasse de moi-même ;

L’Éternité saura m’y ramener vainqueur !

 

(Poème d'Armand Silvestre - recueil "Les renaissances" - "La double vie" - 1870)

Partager cet article

Repost0

Kärlek är en fridfull död .....

Publié le par Sabrina De L.

(Crédits photos : Sabrina De L.)

"Répands le vin de ce calice, et tu es libre. Je t'emmènerai vers des îles inconnues; tu dormiras sur mon sein, dans un lit d'or massif et sous un pavillon d'argent; car je t'aime et je veux te prendre à ton Dieu, devant qui tant de nobles cœurs répandent des flots d'amour qui n'arrivent pas jusqu'à lui."

(Extrait de "La morte amoureuse" - Théophile Gautier.)

Partager cet article

Repost0

Glädjen eller sorgen ?

Publié le par Sabrina De L.

crédits photos S.Passaro

Quelques-uns d’entre vous disent, « La joie est plus grande que la tristesse », et d’autres disent, « Non, c’est la tristesse qui est la plus grande ». Mais je vous dis, elles sont inséparables. Elles viennent ensemble, et quand l’une est assise seule avec vous à votre table, n’oubliez pas que l’autre est endormie sur votre lit.

( Extrait : Khalil Gibran - "Le prophète" - 1923)

Partager cet article

Repost0

Jag levde utan hjärta .......

Publié le par Sabrina De L.

Je vivais sans cœur, tu vivais sans flamme,

Incomplets, mais faits pour un sort plus beau ;

Tu pris de mes sens, je pris de ton âme,

Et tous deux ainsi nous nous partageâmes :

Mais c’est toi qui fis le meilleur cadeau ! [....]

Et j’aime tes bras… tes bras mieux qu’une aile ;

Car une aile, hélas ! sert à nous quitter :

L’ange ailé s’en va, lorsque Dieu l’appelle…

Tandis que des bras servent à rester !

Jules Barbey d'Aurevilly - "Je vivais sans coeur".

Partager cet article

Repost0

Jag hatar solen ........

Publié le par Sabrina De L.

[...] Car je te hais, Soleil, oh ! oui, je te hais comme

L'impassible témoin des douleurs d'ici-bas...

Chose de feu, sans coeur, je te hais comme un homme !

L'être que nous aimons passe et tu ne meurs pas !

L'oeil bleu, le vrai soleil qui nous verse la vie,

Un jour perdra son feu, son azur, sa beauté,

Et tu l'éclaireras de ta lumière impie,

Insultant d'immortalité.

Et voilà, vieux Soleil, pourquoi mon coeur t'abhorre !

Voilà pourquoi je t'ai toujours haï, Soleil !

Pourquoi je dis, le soir, quand le jour s'évapore :

" Ah ! si c'était sa mort et non plus son sommeil ! "

Voilà pourquoi je dis, quand tu sors d'un ciel sombre :

" Bravo ! ses six mille ans l'ont enfin achevé !

L'oeil du cyclope a donc enfin trouvé dans l'ombre

La poutre qui l'aura crevé ! " [.....]

[...] Pour voir la bouche en feu par nos lèvres usée

Nous dire froidement : " C'est fini, laisse-moi ! "

Et s'éteindre l'amour qui, dans notre pensée,

Allumait un soleil plus éclatant que toi !

Pour voir errer parmi les spectres de la terre

Le spectre aimé qui semble et vivant et joyeux,

La nuit, la sombre nuit est encore trop claire...

Et je l'arracherais des cieux !

(Extraits poème "La haine du soleil" - Jules BARBEY D'AUREVILLY)

 

Partager cet article

Repost0

Legender och Mirolóyier

Publié le par Sabrina De L.

(Crédits photos S.DE.L)

Djävulen är gud
och Gud är djävul
och jag blev lärd
att dyrka dem båda
den ena på ett sätt
den andra på ett annat
men sätten var desamma
därför att båda befallde
Till dess jag lärde känna
Kärleken, en springa
mellan de båda kämpande
Kärleken, en strimma
av ljus mellan de blodiga läpparna
Den klyfta ur vilken
De utvalda inträda
i världen av likgiltiga
Likgiltiga de som dyrkar en Gud
Likgiltiga de som dyrkar en Djävul.

La première fois que j'ai lu ce texte, tiré de "Dīwān sur le prince d'Emgion" de Gunnar Ekelöf, j'en suis tombée amoureuse .... Il a juste mis par écrit ce que j'essaie en vain de décrire. Il a cette façon délicate de définir quelque chose de si complexe de manière simple et feutrée. Je peux le relire, et le relire encore, il m'émerveille chaque fois ! Et puis, il suffit de lire entre les lignes. Je vous laisse avec la traduction ci-dessous .......

Le Diable est dieu
et Dieu est le diable
et l'on m'apprit
à adorer les deux
l'un d'une façon
l'autre d'une autre
mais toutes deux sont semblables
car elles ne savent qu'ordonner
Jusqu'au jour où j'appris à connaître
l'Amour, brèche
entre les deux combattants
l'Amour, rai
de lumière entre les lèvres sanglantes
la brèche par laquelle
pénètrent les élus
dans un monde d'indifférents
Indifférents sont ceux qui adorent Dieu
Indifférents sont ceux qui adorent le Diable.

Partager cet article

Repost0