Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Låt mig dansa..... var snäll .......

Publié le par Sabrina De L.

Il y avait bien longtemps que je n'avais dansé de la sorte. Cela me faisait un bien fou, et je le regardais bouger son corps et j'aimais beaucoup la délicatesse de ses mouvements. Il était vraiment androgyne même dans ses manières. Gabriel était toujours au bar, je glissais parfois un regard en oblique pour voir s'il était toujours là, voir s'il nous épiait, parce que j'étais sûre que c'est ce qu'il faisait. Gabriel était trop « sérieux » pour remuer comme Hay sur une piste de danse. Tout à coup, le DJ jugea bon de mettre quelque chose de beaucoup plus doux, histoire de rapprocher la foule électro-dansante et hystérique. Hay m'attrapait par la taille et me glissa à l'oreille :

  • Hey la vampire, tu danses ?

Je me mis à rire et je passais mes bras autour de son cou. Il était légèrement plus grand que moi, il devait avoisiner les 1m78 et ses cheveux retombaient sur sa chemise et sa cravate dénouée. Mes narines traînant près de sa crinière lourde, je me rendis compte qu'elle sentait l'huile d'amande douce. Et malgré avoir tout donné sur la piste, pas une once d'odeur de sueur n'émanait de son être. Ses mains délicates aux ongles peints étaient posées sur le bas de mes reins. Et je me laissais emporter dans ce slow. Il posait son visage à hauteur de mes épaules et penchait la tête légèrement sur le côté. De sa main gauche, il attrapait le derrière de ma nuque, pour pousser ma bouche près de sa carotide. Et je vis ses lèvres s'approchait de mon visage.

  • Mords ! Cadeau de la maison.

Alors que je me laissais porter par cette invitation, il passait sa lourde chevelure au dessus de ma tête, comme pour me cacher des yeux qui pourraient être indiscrets. Mes crocs sortirent délicatement et je croquais de la même manière dans son cou. Le nectar entra en contact avec ma langue quelques secondes après l'avoir croqué. Son sang avait un goût particulier, il était d'une grande qualité, je me délectais. J'avais l'impression de boire du miel. J'entendais les battements de son cœur et les légers gémissements lorsque j'aspirais trop fort. Après quelques instants, il repoussait délicatement mon visage du creux de son cou. Mes yeux devaient avoir les pupilles d'un rouge brique et je sentais la dernière goutte glisser de mes commissures. Il approcha ses lèvres des miennes et comme pour récupérer son bien, m'embrassa. Son baiser était aussi délicat que ses manières et à la fois très sûr comme l'homme qu'il était. Il cessa le contact de nos deux bouches et je le regardais droit dans les yeux. Il me toisait et souriait. Le dessin de ses lèvres était assuré et il me fixait d'un air protecteur. Je reposais ma tête contre son torse. Ce que je venais de vivre n'avait pas besoin d'un résumé, ni d'une analyse. J'étais juste bien et je voulais finir ce slow.

J'ai quitté mes deux acolytes après cette danse. Je n'avais pas besoin de plus, je voulais juste garder ce moment sans fioriture et je n'avais pas envie qu'on puisse me le gâcher.

Je retournais chez moi en ne touchant pas vraiment le sol, l'avantage de mon super pouvoir. Et cette pause gustative de sang frais m'avait fait le plus grand bien. Je regagnais mon antre, mon chat attendait sagement. Elle commençait à s'habituer de posséder une maîtresse non réellement morte, mais pas vraiment vivante non plus. Le soleil commençait à se lever. Je regrettais parfois de ne plus pouvoir en profiter. Je fermais mes stores et je plongeais dans mon lit avec un ouvrage. Je voulais rire un peu, alors j'ai entamé « Moi, Lucifer » de Glen Duncan. La vision de Lucifer par Lucifer, ne pouvait que m'amuser. Après tout, je cherchais sûrement des réponses à ma condition et au fait que je devais vivre cacher des humains qui assurément, n'avaient que de vulgaires clichés en ce qui concernait les vampires, les êtres damnés ou déchus.

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article

Repost0

Min andra ..............

Publié le par Sabrina De L.

crédits photo : S.De L.

L'on s'imagine souvent une vie idéale, un amour idéal, un parcours global idéal. Bref, un truc qui ferait de notre existence un chemin admirablement réussi. Force est de constater si l'on n'a pas trop de « chance », on passe souvent à côté de ce qui « aurait pu » et devons nous contenter de « ce qui est ». Cependant, je reste persuadée que tout ceci n'est pas une question de chance, non, c'est le destin qui nous souffle la direction à prendre et que ce pauvre pépère, nous l'écoutons rarement !! Allons !! Soyons honnêtes ! Combien de fois une sensation interne ou une « petite voix » intérieure nous a soufflé : « Je serais toi, je passerais mon chemin ! Ça puire !! …. Ne fais pas ça, tu vas le regretter » ? Et combien de fois, tels des aventuriers courageux ou inconscients, nous plongeons à pieds joints dans le « piège » qui pourtant avait été signalé par notre petit soldat, ce gardien de notre existence. On peut l'appeler aussi « la première impression », souvent, il vaut mieux s'y fier, à 97%, elle est la bonne. Mais là aussi, on essaie de se dire qu'il y a ces petits 3% qui sont sûrement « l'exception qui confirme la règle » et que cela serait bien dommage de passer à coté de la « chance » de notre vie. On tente, et puis à force d'avancer, l'on constate que l'on s'est encore fourvoyé !

Je ne pense pas que tout ce que l'on vit soit une question de chance, ni une question de hasard . Tout ce qui arrive dans nos vies est souvent la résultante d'un choix personnel ou d'une direction prise. Je ne mets pas en exergue les choses dîtes « de la vie » telles que la mort, la maladie ou les traumatismes en tout genre (restons lucides). Moi, je vous parle de ces choix, de nos choix !! Ces moments où l'on avait la possibilité de "fuir" ou de "tenter" et que nous sommes restés là, inertes ou à faire le contraire de ce que le petit soldat nous murmurait ! Je vous parle de ces heures de lamentations au moment du bilan de nos vies où l'on se complaît, parfois, de remettre ça sur le dos de « la-faute-à-pas-de-chance », ou que l'on assaisonne à coups de « si j'avais su ….. », « j'aurais aimé …... » etc etc etc ….. Une salade de regrets dans laquelle l'on renvoie fatalement la faute sur cette pauvre existence qui est juste là pour vous donner des leçons, et admettons le aussi, nous  pousser à nous battre. Il n'est écrit nulle part que la vie est "facile". (et on en chie encore plus lorsque l'on est damné, croyez moi !). Cette aptitude à se trouver des "excuses" plutôt que d'assumer qu'on a juste merdé ou été "un p'tit peu con pour le coup" ou encore "lâche" ou "naïf" .... Je pourrais allonger la liste, mais, je voudrais entrer dans le vif du sujet !

En tant que démon, mon plus gros point faible est l'amour !! ….. Rigolo, n'est-ce pas ? C'est sur l'un de ces choix que je voulais amener ma réflexion. J'ai aimé plus ou moins bien, plus ou moins fort, parfois pas assez et des fois trop (même si ce dernier qualificatif est très rare pour être honnête avec vous, mais sachez que ça m'est arrivé !!). Si je n'ai jamais poursuivi ce chemin « main dans la main » avec l'élu où que je ne me suis pas « battue » pour « sauver l'amour », c'est que finalement, rendons nous à l'évidence : ce n'était pas la bonne personne ! On idéalise souvent la rencontre de l'autre, car elle déclenche en nous la panoplie du « je-ne-vois-que-ce-que-j'ai-envie-de-voir » (parce que j'ai tellement besoin d'amouuuuuuur), on se monte des films, des péplums, de ce que la personne est ou plutôt ce que nous aimerions qu'elle soit. Cet idéal qu'on a construit mille fois dans notre esprit, qu'on a colorié, qu'on a sublimé, cet idéal dont nous sommes VRAIMENT amoureux. Ce fameux « parfait »..... Comment le reconnaître ? Ce brillant "Parfait" pour moi est un vrai feu de la St-Jean dans notre existence, un embrasement que l'on nourrit jusqu'au bout, pas un feu de paille qui se consume aussi vite qu'il a été allumé. On ne s'en lasse pas du "parfait" ….. la bonne personne, ses défauts sont la plus jolie parure qui répond à nos propres défauts. La bonne personne est avant-tout un complément de nous. Je pourrais vous faire une théorie pendant des heures, vous dire que l'amour ne doit pas « sauver » quoi que ce soit qui merde en nous, ce n'est pas un sentiment qui doit servir de « pansement ». L'amour, le vrai, ne se modèle pas, ne s'apprivoise pas. L'amour, c'est un plus dans l'existence, le truc qui vous fait pousser des ailes et qui élève une colonie de papillons aux couleurs inégalables au fin fond de vos entrailles. Des papillons qui ne meurent jamais ! L'amour c'est une force, c'est cet autre, ce regard dans lequel notre image reflète avec douceur et vérité, cette complicité, ce distinct « nous » que nous avons perdu et qu'il nous tarde de retrouver. Et ça, croyez moi, « la première impression » vous fera comprendre que vous l'avez en face de vous au moment venu.

Oui, j'ai aimé plus ou moins bien, plus ou moins fort, parfois pas assez et des fois trop …. mais ce n'était pas mon « autre » ….....

Partager cet article

Repost0

Du kommer att hata mig ............

Publié le par Sabrina De L.

J'étais tranquillement en train de parler et de rire avec Hay lorsque Gabriel entra en ce même lieu. Mon regard s'arrêta net sur lui. Hay tourna la tête pour regarder ce qui m'avait figé de cette manière et je l'entendis hurler :

  • Gaaaaaab !!! Oh bordel, c'est excellent de te voir ici. Tu te faisais rare ces derniers temps !

Il se leva pour aller à sa rencontre et moi, je ne me sentais plus aussi détendue qu'en arrivant. Finalement ma soirée allait sûrement extrêmement s'écourter. Gabriel fit une accolade à Hay et les deux revinrent vers moi. Gabriel me regardait de son air hautain.

  • Tiens donc ! Comme le hasard fait bien les choses !

  • (je le fixais sans sourire) Le hasard n'existe pas !

Hay intervint dans notre échange en s'adressant à Gabriel.

  • Vous vous connaissez ?? Oh ? Et donc ? Elle est humaine ou …....enfin, tu vois ce que je veux dire Gab' ?

  • (Regardant Hay, interloquée) Mais c'est la fête du slip ici ! (Me tournant vers Gabriel) Alors, on ne cache pas sa condition ? On se la joue sans couverture ! Très intelligent! Pas risqué du tout, hein ?

Gabriel pouffa en haussant les épaules.

  • Tu n'as jamais entendu parler des fournisseurs de sang contre rémunération ? C'est moins risqué que de leur bourrer la gueule, tu sais ! Tout le monde y trouve son compte ! Et puis, nous sommes évolués. On peut apprendre à vivre avec les humains sans leur ruiner la santé ou la psychologie mentale, hein ?

  • (prenant sa dernière phrase pour moi) Je ne pensais pas que c'était monnaie courante.

Hay me regardait avec un grand sourire, il ôtait les grandes baguettes qui retenaient son chignon et secoua ses cheveux, ce mouvement rendit la liberté à une chevelure absolument lourde et superbe, d'un noir de jais brillant. Dès qu'il eut fini son étalage digne d'une publicité pour une marque de shampoing, il me dit :

  • Perso, cela me permet de cultiver mon look, de faire un peu de musique et de pouvoir vivre correctement sans me remuer le cul. Faire ce que j'aime, en échange de quelques « prises de sang ». Il faudrait vraiment être con pour refuser. En plus, même si mon air peut te paraître volage, je suis quelqu'un de très carré !

Gabriel ajouta :

  • C'est un très bon écrivain d'autant plus !

Je les regardais tous les deux. Entre un vampire totalement agressif dans sa manière d'être et un humain dont j'étais incapable de dire s'il était masculin ou féminin, je perdais toute logique. Je n'arrivais pas à cerner mes interlocuteurs. Ils inspiraient à la fois de la confiance en soi, de la force et en même temps une instabilité saisissante, une sournoiserie ou quelque chose qui s'en approchait. Je quittais le comptoir auquel j'avais élu domicile depuis le début de la soirée.

  • Désolée les mecs, perso, j'vais danser, vous me fatiguez !!

Ils me regardèrent tous deux avec un air très amusé et à la fois interloqué. Je me retrouvais au milieu de la salle, et je remuais mon corps vampirique sur une musique que je découvrais. Elle était de ce même groupe que lorsque j'avais investi les lieux « You will hate me », fredonnait le chanteur dont la voix hypnotisait mon esprit. La rythmique était très années 80', c'était assez surprenant. Une envie puissante de bouger mon corps comme si ma vie en dépendait venait de m'envahir. Alors que j'avais les yeux fermés et que je bougeais comme une damnée, deux mains se posèrent sur mes hanches. C'était Hay qui était entré dans la danse. Je passais mes mains dans ses cheveux pour remuer le tout, accompagné d'un magnifique sourire qu'il me rendit et la musique nous répétait : "You will hate me". A ses mots Hay me fit un clin d’œil et me sourit de plus belle.

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article

Repost0

Jag är rädd för kärleken ..............

Publié le par Sabrina De L.

- Que comprendrais-tu si je te demandais de me suivre ?

Aurais-tu conscience que si j'ose te faire cette demande, c'est que je sais que c'est toi ?

Tu devras, bien entendu, t'abandonner à moi. Me donner ton âme. Mais je te fais le serment que je la choierai comme le plus précieux des présents. Je ne te demande pas de me protéger, je sais pertinemment me défendre seule. Je veux juste un véritable amour …. tu sais ? Celui qui te consume, celui qui te fait vibrer, celui qui ne ressemble à aucun autre. Si je te demande de me suivre, c'est que je ressens cela pour toi. Mais toi ?

Je suis le Diable n'est-ce pas ? Tu crois mon amour vain, factice ? Tu penses que le mal ne connait pas ce sentiment ? Tu ne comprends simplement pas que l'on devient noir à force d'être brisé, d'y avoir trop cru, d'avoir été trompé, d'être tombé sur des histoires sans réel avenir. Comprends tu véritablement le réel cheminement du mal ? Lorsque l'on te rend ton amour ? Pis, qu'on le souille !!!

Je sens en toi cette puissance qui m'assure que tu es ce véritable double. Cette moitié indispensable à l'équilibre que mon âme cherche à retrouver. Tu sais cette âme sœur. L'autre partie quand nous étions Androgyne Originel. Ce Dieu qui, par agacement ou peur de notre pouvoir, t'a séparé de moi. Cela fait des millions d'années que je te cherche , que je te regrette, que j'essaie de te rejoindre .... et tu es là .... en as-tu conscience ?

Mais pourquoi devrais-je trouver une raison au fait que je …... je veux dire que je ressens quelque chose d'inénarrable pour toi ? Si je trouve une raison, t'aime-je vraiment ? L'amour, le vrai est indescriptible. Ce qui me fait penser que cette fois-ci c'est le vrai ? Prends-tu le temps de te regarder ? Prends-tu le temps de t'écouter ? Prends-tu le temps d'avoir conscience de ce que tu es ? Moi, je le fais. Je te regarde comme jamais tu ne sauras te regarder. Et j'aime ce que tu offres à ce monde et j'aime ta façon de remplir le mien. J'aime ma manière d'avoir envie d'être femme pour que tu me vois.. J'aime ma manière de vouloir adoucir ce démon qui m'habite depuis toujours. J'aime m'abreuver de ce que tu distilles au gré de nos rencontres. J'aime tout ce que tu éveilles de doux dans cette âme si tourmentée qui est mienne. Je ne veux rêver que si tu es là, je ne veux aimer que toi ! Je ne serai complète que si c'est toi !!

- C'est ce que tu lui dirais ?

- Assurément ! Si je n'avais pas si peur de l'amour........

(Écrits Sabrina De L. - Les pensées d'une vampire - 2018)

Partager cet article

Repost0

En lätt själ ........... i slutet ...........

Publié le par Sabrina De L.

crédits photos S. De L.

[....] Ma vie est une pellicule photos, avec mes chefs-d’œuvre et puis mes loupés, mes ratés. Ces noms qui finiront par s'effacer du film pour n'être plus qu'une vieille mélodie, un truc que l'on aura assurément fredonné, mais dont l'air n'évoquera plus rien au fil du temps. J'ai jeté les négatifs, je ne garde que les plus beaux clichés. Il est amusant d'appeler cela des « négatifs », comme si certains souvenirs avaient une pré-destiné : « Débarrasse toi du négatif, ne cultive que le positif ! ». Certains sourires m'accompagneront indubitablement jusqu'à la fin de mon chemin, là où j'effectuerai ma dernière pose. Un dernier « clic » et ma vie ne sera plus. Je m'envolerai l'âme légère, parce qu'elle ne contiendra que l'essentiel..............

(Extrait écrits Sabrina De L.- 2018)

Partager cet article

Repost0

Hans androgynitet och svarta långa hår ......

Publié le par Sabrina De L.

Il vint vers le bar où j'étais accoudée. Une de ses mèches de cheveux noirs collait contre son front. Il commandait une San Pellegrino avec une rondelle de citron. Il glissait un regard de côté vers moi. Outre le bruit environnant, j'ai très bien entendu qu'il s'adressait à moi.

  • Le spectacle vous plaît ?

Je me penchais légèrement vers lui, feignant ne pas avoir entendu.

  • Plaît-il ?

Il attrapait le verre géant que le serveur lui tendait. Ses mains étaient manucurées et il avait les ongles peints de couleur nacre. Ses mains étaient vraiment très fines et ses doigts très longs. Je remarquais également le léger tatouage représentant un 666 derrière son oreille droite. Il prit place sur le tabouret à côté de moi.

  • Je vous demandais si le spectacle vous plaisait. J'ai bien vu que vous m'observiez. La manière de me mouvoir vous plaît ?

  • Et bien, vous n'êtes pas vraiment étouffé par la modestie, ni la timidité en tout cas.

Je me mis à rire, il sirotait sa San Pellegrino avec sa petite paille d'une manière très délicate et m'observait très sérieusement puis il posa son verre sur le bar et me tendait la main.

  • Enchanté, Je m'appelle Hay Haden. Mais tout le monde m'appelle « Haytche ».

Je lui rendais sa poignée de main

  • Sabrina .....

  • Que venez-vous faire dans un endroit si « électro ». Je n'ai pas vraiment l'impression que c'est votre univers.

  • Pourquoi ? Je devrais avoir une tête spécifique ou un look particulier pour pouvoir entrer ici ?

Je le regardais de haut en bas avec un air suffisant. Je me rendais compte que j'étais en mode un peu pédante alors que lui ne cherchait qu'à parler un peu, enfin, je suppose.

  • (se jaugeant lui-même suite à mon regard sur sa personne) Qui y-a-t-il ?

  • Rien ! Absolument rien ! Votre look est très …... androgyne !

  • Je vois ! Et le fait que je porte du vernis ou encore que je sois maquillé …... PIRE, mes cheveux longs en un chignon ….. Vous n'arrivez pas vraiment à savoir si je suis de la maison ou du trottoir d'en face, c'est cela ?

  • (Je ris) Avouez que cela peut inviter à ce questionnement !?

  • (Se penchant vers mon oreille) Je t'invite à toucher mon androgynie quand tu veux !

  • (Je le repoussais légèrement et je ris de plus belle) Et bien, moins de dix minutes avant que l'on se tutoie et que tu m'invites à des choses intimes !! Record battu !!

  • Je te sens juste un peu spéciale. Il y a un truc de différent chez toi !

  • Ah ouais ? Quoi donc ?

  • Tes ongles ressortent à la lumière noire ! (il prit une pause en voyant mon air interloqué et il se mit à rire) Une gothique dans ton style, m'enfin !!! Bizarre qu'elle mette du vernis qui soit réactif à cette dernière, non ?!

Mais quel abruti !! J'avais flippé l'espace d'une minute, je ne portais aucun vernis. Et puis, il avait trouvé une excuse à ma place. Ce mec était définitivement un morceau unique. Sa voix était très douce et ses « S » sifflaient légèrement. Il articulait particulièrement bien. Je pensais sérieusement à rester ici jusqu'à ce que le soleil me rappelle à ma condition.........

 

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article

Repost0

Jag är i en annan värld ...........

Publié le par Sabrina De L.

La nuit suivante, j'avais quitté les lieux. Il était hors de question que je reste plus longtemps dans ce manoir, accompagnée de ces maboules. Je voulais que l'on me fiche la paix. Et surtout, pourquoi tout à coup, Håkan voulait absolument m'aider, lui qui n'avait pas vraiment bougé d'un croc lors de ….. lors de ….. Ahhhhh, ce que j'aimerais tant vous parler de ce passage, de ce cauchemar, de ce jour où j'ai vraiment perdu le peu de semblant humain qu'il me restait. Je n'y arrive pas, c'est encore trop frais. Et ils sont tous là, empli de bonnes grâces, d'empathie envers moi. Seulement, je ne suis pas née de la dernière lune. J'ai été piégée de cette manière. Et je ne me laisserai plus avoir de la sorte.

Je regagnais ma demeure et à bien y réfléchir, je crois que je n'ai pas mis les crocs dehors durant deux bonnes semaines. Je repensais à la phrase de Søren. Cette exactitude dans les mots. Cela me tourmentait. Je passais allègrement du moral en berne aux larmes incessantes. Elle m'avait donné une sorte de coup de grâce. Ce n'était pas m'aider de me dire qu'il était encore là ! Je n'y croyais pas, où plutôt, je ne voulais pas y croire. C'est atroce. Comment peut-on faire s'imaginer faire une chose pareille à un cœur qui a tant souffert.

Il était temps que je sorte, que je me change les idées. Je me devais de troquer mon lieu de prédilection pour ce soir, contre quelque chose d'inconnu. Le « Lost Paradise » était indubitablement sûr, mais la fréquentation trop connue et entre vous et moi, je ne voulais pas tomber sur mes « bons samaritains », enfin, quelque chose dans le genre. J'errais dans la ville à vitesse quelque peu accélérée jusqu'à ce qu'une musique m'arrive aux oreilles. Je stoppais net. Un morceau de Blaqk Audio. Un truc assez peu connu dans cette contrée. Voilà un endroit qui m'irait parfaitement. La salle serait assurément moins rock. En levant les yeux vers l'enseigne qui clignotait d'une étrange manière, je lus « Le diable bleu », tout un programme !! J'ouvrais la porte et assurément j'étais dans un autre monde. La décoration était pleine de noir métallique et de bleu roi. Les néons donnaient une apparence très fluorescente à tout l'ensemble. Un épileptique aurait sans conteste eu une sacré crise ! Je me dirigeais discrètement vers le bar où je commandais une coupe de champagne au serveur qui était affublé d'une crête verte et d'énormes anneaux rose fluo aux oreilles. Je laissais errer mon regard sur l'endroit. Je vis un homme debout sur une table en train de se dandiner sur un des morceaux du groupe sus-cité. Il portait un costume très bien coupé mais dont la couleur ne m'inspirait guère. Sa cravate était à moitié desserrée. Ses cheveux noirs étaient attachés en chignon crayon. Et il donnait tout ce qu'il pouvait sur ce morceau. J'ai passé une bonne partie de la soirée à le regarder. Son sourire était très joli. Il avait comme moi deux magnifiques canines. Mais il ingurgitait trop de liquide pour être un vampire. Bizarrement, il m'intéressait, mais je n'avais pas envie de le saouler pour le vider de son sang. Non, il éveillait ma curiosité. Pour être honnête avec vous, je ne savais même pas s'il était un homme ou une femme tellement il était androgyne. Mais il était superbe !

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>