Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lidandet kommer av livstörsten eller begäret ...

Publié le par Sabrina De L.

Pendant que certain(e)s s'interrogent sur la suite de mon histoire, d'autres ne me connaissent même pas. Pendant que j'essaie de trouver du temps pour vous conter tout cela, la lune continue de briller. 

Je manque cruellement de temps chères âmes. J'en manque cruellement.

J'ai le cerveau emplie de pensées, de secrets, d'envies et je n'ai même pas le temps d'en accomplir un dixième. Mais que fais-tu vampire ? En voilà une magnifique question ! Je n'y répondrai pas, je n'ai point pour habitude de vous narrer mon présent, je m'attarde sur le passé que je peux manier à ma guise et décrire avec volupté. Ce passé qui fait ce que je suis aujourd'hui. 

L'écriture me manque, mais s'il n'y avait que cela ...

Mon cœur ne cesse de crier mais vous ne l'entendez pas. Vous ne l'entendez pas car seules les douleurs silencieuses sont enivrantes.

Prenez soin de vous ... je ne suis guère loin ...

Partager cet article

Repost0

Sensation ...

Publié le par Sabrina De L.

Une demeure au milieu de nulle part. Je ne sais pas ce que je fais là. L’intérieur est apaisant, couvert de toiles aux couleurs pastel, rien de criard ou d’agressif pour l’âme. J’entends quelqu’un réciter un poème. La voix est douce, profonde et séductrice. Je décide de la suivre.

"Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue."

J’ai trouvé d’où elle vient, il stoppe net. Tout en me regardant, il sourit. Que cette image est charmante. Que les cieux me gâtent d’un tel cadeau. Il est grand, le chevelure longue noire et bouclée. Son regard ténébreux comme deux petites billes se pare d’une lumière joueuse. Il continue de me sourire. Il s’approche de moi et me prend la main. Il m’emmène vers un autre endroit. Nous sommes dans une pièce remplie de douceur, de coussins, d’assises avec en son centre un énorme lit sans contour. Des draps de satin blancs se chevauchent tel un millefeuille. Il s’installe et me demande de le suivre. Il s’allonge et je pose machinalement ma tête contre son ventre. Je me détends au gré de sa respiration. Il me caresse les cheveux, je suis bien.

"Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, - heureux comme avec une femme."

J’ai la sensation d’être dans un rêve. Je ne possède même plus mes crocs. Je n’ai aucune envie de lui voler son âme. Sa voix m’emporte, son parfum de musc aussi … Jusqu’à ce que la lune se lève ….

 

(Extrait du journal vampirique avec poème en italique d'Arthur Rimbaud "Sensation")

Partager cet article

Repost0