Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Det är en liten lögn ...... en vit lögn.......

Publié le par Sabrina De L.

  • Ouais, on se balade si on veut.

Je lui répondais avec un grand sourire, qui n'était pas vraiment habituel dans mon attitude générale. Ian me connaissait.

  • Pourquoi tu souris ? Qu'est-ce qu'il y a ?

  • La vie, mec ! La vie …. enfin, en a-t-on vraiment une en tant que vampires ? Tout ce merdier Ian. Le soleil me manque peut-être. J'veux vivre un truc qui me fouette le sang. Ah … et Eli est de retour.

Il se figeait. Je lisais dans ses yeux une angoisse. Puis, son regard cherchait quelque chose, il voyageait de droite à gauche, puis de haut en bas. Je l'attrapais par les épaules pour qu'il fasse une mise au point sur mon faciès.

  • Oh la, tout doux mon beau ! Va pas nous faire une syncope, ça ferait désordre !

Il n'arrivait pas à parler. Ses yeux me fixaient, il était apeuré. Puis, il lâchait d'une voix à peine audible :

  • Qu'est-ce qu'on va faire, Sab' ?

Je n'avais pas vraiment de réponse à lui apporter. Finalement, ça ne m'amusait plus. J'étais heureuse au départ de lui gâcher sa soirée, mais à la vue de son ressenti, je me sentais ridicule de jouer avec ses angoisses. A part lui conseiller d'être sur ses gardes ou encore ne pas trop traîner hors de notre périmètre, je n'avais rien de plus à lui suggérer. Je ne craignais pas pour ma « vie », je craignais pour la sienne. Ian était un vampire moins puissant, novice. Et si Eli devait m'atteindre, il commencerait assurément par lui.

  • Mais comment tu sais ça ? Comment tu l'as su ?

Je le regardais en me caressant la nuque de la main droite. Je ne cherchais plus vraiment à le faire paniquer. Alors, je m'évertuais à trouver les bons mots. C'était absolument inutile. J'avais ouvert la brèche.

  • Håkan ! Håkan était chez moi quand je suis rentrée l'autre nuit.

  • Håkan ?? Chez toi ?? Comment a-t-il pu ? Tu l'avais déjà revu ?

Un vampire ne peut entrer chez quelqu'un sans y être invité, et il en va de même entre nous. Et il y avait peu de temps que j'avais emménagé. Non seulement, je venais d'activer la peur chez Ian, mais je venais de lui dire sans effort que je lui cachais en plus, parfois, quelques trucs. Je ne mentais pas, simplement, je n'avais pas cherché à l'inquiéter. D'accord Håkan était quelqu'un de dangereux et d'instable. Malgré tout, nous nous respections.

  • Réponds, putain, Sab' !!!

  • Oui, je l'ai revu, une fois ou deux, comme ça. Je ne suis pas obligée de te raconter tous mes faits et gestes ? Si ?

  • C'est clair, surtout quand c'est anodin, hein ! Fous toi de ma gueule !

Il prit le tabouret du bar qui se situait à côté du mien. Il commandait une coupe de champagne à Max. Et nous sommes restés dans un silence de mort, seules les personnes autour de nous donnaient le change. Il ne m'adressait plus la parole, ni ne me regardait. Non seulement ce soir là, je ne vis aucune « couleur scandinave » mais en plus, je me fis chier comme un rat mort....... Il y avait des nuits comme ça …...........

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article

Repost0

Den lärda mannen kan bli en Djävul .....

Publié le par Sabrina De L.

Je m'autorisais parfois une petite pause, tranquille à l'abri du soleil dans ce grand et vieux bâtiment qui sentait le bois vieilli et où j'aimais rester jusqu'à la tombée du jour, la vieille bibliothèque du centre-ville. J'y dévorais toutes sortes de récits, j'aimais la littérature et les vieux poèmes attiraient depuis toujours toute mon attention. Ici, j'étais au "paradis". J'avais une certaine passion pour décortiquer tout ce que je lisais, faire des analyses personnelles était mon "dada". J'adorais essayer de percer le mystère de la psychologie ou des sentiments qui se dissimulaient derrière chaque écrit et lorsqu'un auteur arrivait à mettre par mots ce que je ressentais, il m'arrivait même de pleurer. Les livres, finalement, étaient mes meilleurs amis. Ils me parlaient silencieusement et je les écoutais attentivement. Pour paraître plus humaine et aussi pour cacher mes pupilles fragiles de cette lumière filtrée qui arrivait à atteindre cet havre de sécurité, je portais souvent une paire de lunettes mi-teintée. Ou peut-être cherchais-je à faire intellectuelle. Mon aspect vampirique n'avait pas vraiment changé mon allure humaine, ni le jugement que les autres fondaient sur cette dernière. D'apparence, j'inspirais plus la peur que l'intelligence, pour être honnête. J'avais un regard noir et profond, mais comme une attitude de vide abyssal pour les autres. Je me souviens lorsque j'étais humaine et qu'au détour d'une conversation, je lançais : "J'adore lire", les premières réactions étaient : "Oh ? Toi ? Lire ? Sérieux ?". Je n'avais simplement pas l'aspect de quelqu'un d'ultra cultivée.  Aucune douceur n'émanait de mon être. J'avais l'allure de quelqu'un de marginal et de non-fréquentable et cela entraînait fatalement tous les clichés qui pouvaient en découler. Donc, porter des lunettes me faisait espérer que la donne serait changée.

J'ôtais ces dernières et je levais les crocs de mon bouquin. Je voulais me détendre et je le vis. Ce n'était pas la première fois par ailleurs que je le voyais. Il était grand, très classe, aux manières délicates, de proportion parfaite et ma vision vampirique avait remarqué son regard perçant qui dévoilait une âme très mystérieuse et secrète.

Il était assis dans un grand siège en cuir, les jambes croisées, sa lecture l'accaparait complètement. Sa tête était légèrement penchée. Ce genre d'humain pouvait absolument combler ce que je suis, mentalement. L'érudition était quelque chose qui me plaisait, me charmait follement. Pouvoir parler pendant des heures, échanger des avis étaient mon péché. Je m'imaginais aisément avec lui, un verre de vin à la main, un bouquin entre nous et une longue conversation, le tout accompagné d'un feu dans la cheminée, une odeur de bois se consumant et puis, une envie irrésistible de l'embrasser. Il deviendrait assurément un compagnon des ténèbres avec lequel je pourrais me voir infiniment dans ses yeux. J'imaginais ses mains, aussi délicates sur moi que lorsqu'il tournait les pages de ce bouquin qu'il tenait soigneusement.

Je ne sais pendant combien de temps cette chimère m'a fait quitter ce monde réel, mais lorsque je revins sur cette terre où j'étais damnée, il n'était plus là. Mes lèvres dessinèrent un munificent sourire, quelque chose que ma bouche effectuait rarement. J'avais l'air d'une idiote ! Comment un humain aussi instruit, aussi érudit, aussi beau, aussi noble pouvait poser les yeux, une seule seconde, sur ce que je suis ? La classe à l'état pur face à la noirceur et l'attitude néfaste que je véhiculais. Je me haïssais, car quelqu'un d'aussi raffiné ne pouvait m'aimer et rien que d'y penser, je me maudissais, oh oui, que je me maudissais !

Pour éviter toutes méprises, je demandais à la responsable de la bibliothèque, un coin isolé, où je ne pourrais plus être ennuyée par son apparition à l'avenir. Le rêve ne devait pas faire partie de mon être. JAMAIS !! Un démon, ça ne rêve pas, un démon ça n'aime pas et ça ne peut pas être aimé. Je devais être réprouvée.

Ce soir là, en sortant, je volais la vie d'une manière plus cruelle à trois âmes errantes pour expier toutes les pensées pures qu'il avait éveillées en moi !

Partager cet article

Repost0

Tänkte han på mig ?

Publié le par Sabrina De L.

Avec ma chance légendaire, vous vous doutez qu'aucune « couleur scandinave » n'était présente au « Lost Paradise » ce soir là. J'avais demandé à Max, une coupe de champagne histoire de donner le change ou plutôt faire marcher le commerce. Il me posait la question classique et mécanique qui n'attendait pas vraiment de réponse « Hey ! Ça va Sabrina ? », à laquelle je répondais par un vague sourire et un hochement de tête qui répondait positivement. Cette soirée là, je me suis encore plongée, accoudée au bar, dans ces bulles qui m'hypnotisaient toujours autant. Et puis je laissais vagabonder mes pensées. J'étais un vampire qui moulinait beaucoup du bulbe, pour parler métaphoriquement.

Je repensais à Rolf. 32 ans !! Vous vous rendez compte du temps ?? 32 ans qu'il fait partie de ma vie sans le savoir. Vous trouvez cela stupide, n'est-ce pas ? Moi aussi, je vous rassure. Les nuits, humaine, où je rejoignais mon lit (accompagnée ou non) et qu'il s'incrustait dans mon moment. Les fois où je m'endormais et que je songeais à son visage avant de plonger dans les abysses des rêves. Et pendant ce temps, lui, que faisait-il ? Visiblement, pas la même chose que moi, étant donné qu'il ne se souvenait même pas de mon prénom. Comment avait-il dit déjà ? « La jeune fille rêveuse », c'est cela, voilà l'étiquette de son souvenir me concernant. Je vous l'accorde, il avait eu l'impression de « m'avoir déjà vue quelque part » lorsque nous nous sommes retrouvés. En règle générale, on se souvient aisément de qui vous rentre dedans en vous déboîtant quasi une épaule, non ? Bref, toujours est-il que souvent, l'amour vous fait faire des choses dont vous êtes le seul acteur. Quand je pleurais parce qu'il manquait à mes instants, ou lorsque je trouvais la vie trop injuste de ne me faire croiser que des blaireaux, que faisait-il ?

Je vous rassure, mon cœur n'avait pas été un espace réservé « Rolf » pendant toute ma vie vampirique ou non. Je suis relativement assez butée et stupide, mais je ne refoule jamais ce que mon âme ressent. Non ….. J'ai aimé quelqu'un à part Rolf. Mais je n'ai pas envie de vous le confier. Non. Je ne me sens pas prête. Je recommence une nouvelle vie, et certains aspects de l'ancienne n'ont pas encore leur place ici. Je me le refuse. Tout ceci est trop frais, et j'ai toute l'éternité pour en parler. (Pas vous? Qu'y puis-je?)

Il m'arrivait, pour exemple, lorsque je faisais les boutiques, d'acheter des vêtements très femme, en me demandant ce que Rolf penserait de cela. Alors que le mec, si cela se trouvait, était en train de s'envoyer en l'air ou pensait au cadeau de St Valentin qu'il offrirait à celle qui avait la chance d'avoir ses yeux « couleur scandinave » se posant sur elle, à ce moment là. Je ne la connais pas et pourtant, je la déteste !

J'en étais toujours à mes pensées qui me faisaient souffrir plus qu'autre chose quand je reçus une tape sur l'épaule accompagnée d'un :

  • Hej ! Ma chérie, ma râleuse préférée ! On s'balade ?

Ian, mon boulet préféré, Ian … à son air, j'en conclus qu'il n'était pas au courant du retour d'Eli. Ayant envie de lui faire passer cette bonne humeur merdique, j'avais pour projet de lui ruiner sa soirée en lui annonçant. Que voulez-vous, j'ai les crocs sur la main.............

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article

Repost0

Legender och Mirolóyier

Publié le par Sabrina De L.

(Crédits photos S.DE.L)

Djävulen är gud
och Gud är djävul
och jag blev lärd
att dyrka dem båda
den ena på ett sätt
den andra på ett annat
men sätten var desamma
därför att båda befallde
Till dess jag lärde känna
Kärleken, en springa
mellan de båda kämpande
Kärleken, en strimma
av ljus mellan de blodiga läpparna
Den klyfta ur vilken
De utvalda inträda
i världen av likgiltiga
Likgiltiga de som dyrkar en Gud
Likgiltiga de som dyrkar en Djävul.

La première fois que j'ai lu ce texte, tiré de "Dīwān sur le prince d'Emgion" de Gunnar Ekelöf, j'en suis tombée amoureuse .... Il a juste mis par écrit ce que j'essaie en vain de décrire. Il a cette façon délicate de définir quelque chose de si complexe de manière simple et feutrée. Je peux le relire, et le relire encore, il m'émerveille chaque fois ! Et puis, il suffit de lire entre les lignes. Je vous laisse avec la traduction ci-dessous .......

Le Diable est dieu
et Dieu est le diable
et l'on m'apprit
à adorer les deux
l'un d'une façon
l'autre d'une autre
mais toutes deux sont semblables
car elles ne savent qu'ordonner
Jusqu'au jour où j'appris à connaître
l'Amour, brèche
entre les deux combattants
l'Amour, rai
de lumière entre les lèvres sanglantes
la brèche par laquelle
pénètrent les élus
dans un monde d'indifférents
Indifférents sont ceux qui adorent Dieu
Indifférents sont ceux qui adorent le Diable.

Partager cet article

Repost0

Det är bara en dröm ......

Publié le par Sabrina De L.

Je m'endors dans ses bras.

Je suis bien, je suis sereine.

La douceur et l'odeur de sa peau enivrent mes sens.

Je suis bien au creux de lui.

Je ne lui dis pas « je t'aime », non pas parce que je ne le pense pas, mais parce que je trouve ces mots trop faibles. Ce que je ressens c'est bien au delà de cela. Il signifie bien plus.

Il me caresse les cheveux, perd ses doigts délicats dans mes boucles noires. Et je chavire délicatement dans le royaume des songes, qui est animé uniquement par les battements de son cœur.

Il m'aime, n'est-ce pas ? …. il m'aime ….....

Un vent froid parcourt mon visage, une légère pluie verglacée me remet dans la réalité.

Je n'étais pas au creux de ses bras, et je n'y serai sûrement jamais.

Je suis là, il fait nuit et je me suis prise à rêver, avant de me nourrir du sang d'un innocent.

Un vent froid parcours mon visage, une légère pluie verglacée me cingle la face. En voilà une douce alliée, elle camoufle mes vraies larmes.........

Partager cet article

Repost0

Slumpen finns inte .............

Publié le par Sabrina De L.

Pour quelques raisons légitimes, j'ai dû quitter la superbe maison que j'habitais jadis ainsi que tout ce qui me reliait à elle. Pour des motifs personnels et surtout vitaux, je fus contrainte de quitter mes ami(e)s qui, pour la petite histoire, ne savaient pas que j'étais vampire ….. Ou peut-être une exception : Luc. Cependant meilleur ami soit-il ou pas, ma nouvelle demeure n'était connue de personne et pour la plupart, je m'étais juste enfuie pour me retrouver. Luc est humain, Luc est un de mes meilleurs amis, le genre de gars qui pouvait cacher un corps pour vous tant sa loyauté et sa fidélité étaient ancrées dans son âme si vous faisiez partie des personnes qu'il aimait. Il fut d'ailleurs le premier à qui je révélais ma malédiction. Je me souviens, c'était dans une chambre d'hôtel, un matin très tôt, je m'en rappelle comme si c'était hier. Il me manque souvent, mais je ne peux hélas le revoir. Même si je n'ai rien à lui cacher, le revoir impliquerait que je revois les autres. Ma vie, ma condition avaient pris une nouvelle tournure que je ne savais encore maîtriser. Bref, plus rien n'était comme avant et surtout, je n'avais pas vraiment réglé tout le mal que je vivais encore en moi. Je ne pouvais les mettre en danger. Je souffrais encore et j'essayais de soigner mon âme damnée. Contradictoire ? Non, je vous ai déjà expliqué que nous étions des êtres avec une conscience, que vous le vouliez ou non ! Les démons ne sont pas que réprouvés. Prenons pour preuve certaines mythologies qui leur imputent même une certaine utilité, malgré ce côté indocile. Mais je ne suis pas là pour me faire avocat du Diable, n'est-ce pas ?

J'espérais ce soir, revoir ma « couleur scandinave ». Je retournais donc au « Lost Paradise ». La ville était relativement assez grande, et je comptais sur ma minuscule chance pour que ce soir, Rolf y soit encore. Irrationnel, n'est ce pas ? Et pourtant, j'avais envie de tenter quelque chose. Ne me demandez pas pourquoi je suis si obsessionnelle. Cet homme est la bande originale de ma vie humaine et vampirique depuis 32 ans. Je n'avais aucun fondement logique à cela, c'était juste ainsi. Et me noyer de nouveau dans ce sentiment, cette occasion qui venait de remettre sa personne sur mon chemin, ne pouvait être autre chose qu'un signe, un dénouement à ce que je traversais. Il n'y avait pas de hasard, je n'y croyais pas et je n'y croirai jamais ….........

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article

Repost0

Du är på fel sida av spegeln ...........

Publié le par Sabrina De L.

Mon réveil, le lendemain soir ne fut pas ce que je peux appeler « supra agréable ». La nouvelle du retour de mon créateur ne me convenait absolument pas. Nous ne nous étions pas vraiment quittés en excellent terme. Mais, je ne peux pas vous en parler, ici, à brûle-pourpoint, cela serait totalement déconvenue et absolument hors sujet. Enfin, "je ne peux pas" serait plutôt "je ne veux pas", et vous remarquerez une certaine nuance.

La question que je me posais, était : "Je le savais costaud, résistant, mais comment s'en était-il sorti ?". Je ne le pensais pas mort mais, je le voyais amoché voire même atrocement amoindri. Le vampire a des capacités que je ne soupçonne même pas, à bien y réfléchir. Ça m'épate de lune en lune ! Ayant moi-même parfois la magnifique surprise de me rendre compte de certaines choses me concernant, je ne devrais pourtant pas faire la surprise, cependant, je le suis …. je frôle même la stupéfaction, pour être honnête. Ma raison me dit qu'il n'y a rien d'illogique et mes sens trouvent cela absolument impressionnant. J'aurais presque envie de lui faire savoir mon entier respect. Mais, je ne vais pas m'aventurer trop loin dans le délire. Il me faut annoncer la nouvelle à Ian, mais connaissant Håkan et sa fascination à impressionner les autres voire, sa perversion maladive, je me disais qu'il s'en était sûrement chargé. Juste histoire de se délecter du regard de Ian tout en lui annonçant. Vous pensez que la médiocrité n'existe que chez les humains ? Venez donc vous perdre dans le monde vampirique, vous seriez surpris !

Nous sommes des démons, soit, mais nous avons aussi tous les défauts humains …. alors ? Finalement, ne seriez-vous pas simplement mauvais tout comme je le suis ? La différence est que le vampire est conscient d'être "mauvais", tandis que l'humain se cache sous des centaines, voire des milliers, d'excuses ou d'un manque d'objectivité flagrant et c'est un long débat que voilà ....

Il faut que je me prépare, j'ai envie de me perdre dans de la "couleur scandinave", ce soir, cela fait 32 ans que je l'attends ...........

Publié dans L'histoire .......

Partager cet article

Repost0

1 2 3 > >>