Mitt leende är ett vapen !!

Publié le par Sabrina De L.

Comme je ne cesse de le répéter : on ne choisit pas d'être un démon. Le destin se charge de la besogne, soit parce qu'à force de tristesse et de douleurs vous glissez doucement vers les rives opposées au bien ou soit, vous êtes sélectionné et vous gagnez à la loterie de la vie maudite. Pour ma part, il y a un peu des deux, même si je penche plus pour le fait que je n'ai jamais vraiment eu de chance et que je m'en suis toujours très bien accommodée. Mon créateur m'a observée depuis ma plus tendre enfance m'a-t-il dit, comme si le Diable avait pointé une de ses griffes sur moi en lui disant : « Intéresse-toi à la p'tite !!  C'est une amie !! ». Il m'avait vu sourire, encore et encore !!! Sourire lorsque j'avais dû abandonner mon Italie alors qu'au fond de moi, je perdais toute ma vie. Sourire malgré une enfance peu commune qui m'a fait préférer la solitude plutôt que l'épaule de quelqu'un. Sourire alors que je disais un dernier « Au-revoir » devant une stèle qui comportait un parent, un ami, bref, quelqu'un d'important à mon cœur. Tout cela n'a jamais détruit ou ombragé mon sourire. C'était mon credo : La vie ne pourra m'enlever cela que lorsque je mourrai et avant ça, je lui promettais encore beaucoup de pieds-de-nez ou de regards défiants. JAMAIS elle n'aura d'emprise sur mon sourire : JA-MAIS et pourtant, elle ne s'est jamais retenue, parfois de mettre la barre très haute ! Pas de problème, je souris encore. Cette attitude peut paraître étrange, la positivité constante est denrée si rare que fatalement, elle n'attire pas que de l'admiration. L'on trouve parfois que cela cache quelque chose de moins serein. Un dessein moins noble ... je n'en ai que faire, je sais qui je suis !

Je suis donc immortelle ? Je n'en suis pas si sûre. Le soleil peut avoir ma peau, et le pieu peut détruire mon cœur. Ce cœur, si meurtri, si lacéré et pourtant si gonflé d'amour. Ma faiblesse est l'amour. J'ai juste un seul souci, un détail important : je n'ai jamais pu réellement l'offrir. Mais qui peut aimer un démon sans s'imaginer que tout cela n'est que perfidie ? L'enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on. Pourtant, à brûle-pourpoint, je vous dirais que je me considère comme loyale et que j'ai connaissance du bien et du mal . Je ne nie jamais quand je suis l'auteur de l'un ou l'autre. C'est moult compliqué à expliquer, mais regardez bien, nombre d'humains sont beaucoup plus diaboliques que l'Enfer lui même et pourtant, mon amour n'a jamais réussi à trouver acquéreur. Je pense que les étiquettes sont simplement mal distribuées !! Je dois l'admettre aussi, un bien aussi précieux ne peut être offert au premier venu qui ne saurait en faire bon usage, qui le gâcherait, qui n'y croirait pas, pis, qui en profiterait !! Pourtant, le peu de fois où mon dévolu s'est jeté sur une âme masculine qui avait la faculté de répondre à tout ce que j'aime, je me suis vue confrontée à la peur, oui …. la peur que l'on me rende mon amour sans vouloir l'essayer, alors sous un magnifique sourire je m'éclipse délicatement,  bien souvent, sans un bruit, laissant de mon passage qu'une esquisse joyeuse et une brise fraîche dans la vie de l'autre et je retiens mon cœur de crier : « Délivre moi !! Elle garde mon amour prisonnier !! Il va finir par se faner !! » …. Je ne laisse pas mon cœur diriger ma vie, il n'est pas le maître de mon âme. Il a trop d'amour en lui, il pourrait se faire "avoir", alors ma tête est la maîtresse absolue ! Stupide n'est-ce pas ? Pourtant, si vous saviez comme je suis droite, entière, je n'ai pas honte de ce que je suis, par amour, je pourrais en faire des choses …... mais je ne les fais pas ..... qui peut croire en l'amour d'un démon ?

Je suis donc spectatrice et tout comme mon créateur, j'observe les âmes. Certaines je les suis depuis longtemps et malgré ma toute puissance, je suis encore incapable de dire .... de lui dire que c'est sur lui que mon cœur a installé chacun de ses battements et ce, depuis quelques années. Je partirai sûrement, en laissant dans son sillage un souvenir léger et heureux que je lui aurai offert tout au long de notre chemin et puis mon cœur hurlera jusqu'à ma mort que c'était lui qu'il me fallait .......... Je reprendrais ma route et au premier plan, rien de tout cela ne sera perceptible parce que vous n'y verrez que mon sourire !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article