Låt showen börja !!!!

Publié le par Sabrina De L.

J'avais écouté tout ce que ce fameux Egyn, enfin Hay, avait à me proposer. Le mec (façon de parler) ne se brossait pas les ailes, les cornes (rayez la mention inutile) avec un peigne en plastique, voyez ! Les clauses du contrat, à brûle-pourpoint, ne m'apparaissaient avantageuses que pour lui dans un premier temps et dans un deuxième temps, il fallait que j'aille chez Håkan me perdre dans sa superbe bibliothèque. L'expert en théologie qu'il était, aurait sûrement un peu plus de détails à me fournir sur une éventuelle collaboration démoniaque. Egyn !! Jamais entendu parler de ce démon là. Mais que leur est-il passé par la tête ? Depuis quand se liait-on avec un démon ? Surtout qu'avec leur connerie, j'avais bénéficié du « menu spécial » et l'absorption de son sang faisait que je m'étais plus ou moins liée à lui. Les premières sensations étaient agréables, j'en conviens, mais les céphalées à répétition et l'explosion des vaisseaux oculaires étaient loin de me plaire. Je n'avais pas réellement besoin d'être experte en séduction de par mon physique envers qui que ce soit, mais l'énergie d'un poulpe mort était loin d'être ma tasse de thé !

Hay n'avait donc pris aucun ombrage à ce que je le laisse pour réfléchir à sa proposition et la première nuit venue, je me dirigeais vers le manoir. Chose facilement déductible, lorsque Eugenie ouvrit la porte massive du lieu, elle eut un mouvement de recul, tout comme avaient pu l'avoir Stieg et Søren, à ma vision. J'en conclus que les vaisseaux de mes globes oculaires s'étaient fait la malle pour un autre monde, où ils étaient respectés à leur juste valeur. Je souris pour donner le change et j'entrais dans les lieux.

  • Il faut que je vois Håkan. Dis moi qu'il est là, s'il te plait Eugénie !!

  • M. Le Marquis est dans ses appartements.

Je lui donnais une petite tape sur l'épaule et je grimpais à l'étage par les imposants escaliers qui dominaient l'entrée. Je pénétrais sans frapper dans son fameux boudoir , dans lequel ma dernière crise d'hystérie avait détruit un magnifique fauteuil « cabriolet » qu'il avait remplacé à première vue par un fauteuil d'apparat aux accoudoirs magnifiquement sculptés mais d'une laideur sans pareille. Je me disais qu'il aurait pu facilement faire la nique à mon miroir soleil. Il était en train de lire, la jambe droite croisée sur la jambe gauche et portait un monocle à l’œil droit. Sûrement une habitude de son ancienne vie humaine. Je trouvais cela étrange qu'au fil du temps, après avoir traversé autant de siècles, l'on puisse garder un côté ancien dans l'attitude de tous les jours, d'autant plus que notre condition vampirique améliorait considérablement nos sens. Ce serait comme offrir une paire de lunettes infrarouges à une chauve-souris, pour schématiser. Il levait les yeux vers moi.

  • Et bien ! En voici des manières. Frapper au préalable t'aurait-il coûter quelques phalanges ?

  • Oh arrête avec tes manières Håkan !! Tu t'attendais à ce que je vienne après la rencontre de Hay … enfin Egyn ! Fatalement !! Donc, j'écoute .... pourquoi ?

Il me fixa surpris, comme si je lui parlais en message codé.

  • Hay ? Egyn ? Tu peux me donner plus de détails, j'ai l'impression d'avoir dormi des siècles.

  • Je confirme, vu le lorgnon, je ne vais pas te contredire !

Son air interloqué me démontra qu'il n'était absolument pas au courant de l'intrusion d'un démon parmi nous. D'autant plus qu'il me confirmait une alliance entre Stieg, Søren, Gabriel et Ian pour piéger Eli, mais de personne d'autre. Il conclut donc que ses alliés avaient pris une aisance dont il ignorait l'existence.

  • Egyn, dis tu ? Le nom m'est familier …. Je crains qu'il ne faille fouiller dans mes archives.

  • J'étais surtout à douze mille lieux d'imaginer qu'un mec qui boit autant d'eau soit un démon !! Truc de fou !! J'le pensais sorcier ….

  • De l'eau ? …. (il réfléchit longuement). Bordel !! Mais quelle bande de crétins demeurés !! …. Viens avec moi.

Publié dans L'histoire .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article