Låt mig dansa..... var snäll .......

Publié le par Sabrina De L.

Il y avait bien longtemps que je n'avais dansé de la sorte. Cela me faisait un bien fou, et je le regardais bouger son corps et j'aimais beaucoup la délicatesse de ses mouvements. Il était vraiment androgyne même dans ses manières. Gabriel était toujours au bar, je glissais parfois un regard en oblique pour voir s'il était toujours là, voir s'il nous épiait, parce que j'étais sûre que c'est ce qu'il faisait. Gabriel était trop « sérieux » pour remuer comme Hay sur une piste de danse. Tout à coup, le DJ jugea bon de mettre quelque chose de beaucoup plus doux, histoire de rapprocher la foule électro-dansante et hystérique. Hay m'attrapait par la taille et me glissa à l'oreille :

  • Hey la vampire, tu danses ?

Je me mis à rire et je passais mes bras autour de son cou. Il était légèrement plus grand que moi, il devait avoisiner les 1m78 et ses cheveux retombaient sur sa chemise et sa cravate dénouée. Mes narines traînant près de sa crinière lourde, je me rendis compte qu'elle sentait l'huile d'amande douce. Et malgré avoir tout donné sur la piste, pas une once d'odeur de sueur n'émanait de son être. Ses mains délicates aux ongles peints étaient posées sur le bas de mes reins. Et je me laissais emporter dans ce slow. Il posait son visage à hauteur de mes épaules et penchait la tête légèrement sur le côté. De sa main gauche, il attrapait le derrière de ma nuque, pour pousser ma bouche près de sa carotide. Et je vis ses lèvres s'approchait de mon visage.

  • Mords ! Cadeau de la maison.

Alors que je me laissais porter par cette invitation, il passait sa lourde chevelure au dessus de ma tête, comme pour me cacher des yeux qui pourraient être indiscrets. Mes crocs sortirent délicatement et je croquais de la même manière dans son cou. Le nectar entra en contact avec ma langue quelques secondes après l'avoir croqué. Son sang avait un goût particulier, il était d'une grande qualité, je me délectais. J'avais l'impression de boire du miel. J'entendais les battements de son cœur et les légers gémissements lorsque j'aspirais trop fort. Après quelques instants, il repoussait délicatement mon visage du creux de son cou. Mes yeux devaient avoir les pupilles d'un rouge brique et je sentais la dernière goutte glisser de mes commissures. Il approcha ses lèvres des miennes et comme pour récupérer son bien, m'embrassa. Son baiser était aussi délicat que ses manières et à la fois très sûr comme l'homme qu'il était. Il cessa le contact de nos deux bouches et je le regardais droit dans les yeux. Il me toisait et souriait. Le dessin de ses lèvres était assuré et il me fixait d'un air protecteur. Je reposais ma tête contre son torse. Ce que je venais de vivre n'avait pas besoin d'un résumé, ni d'une analyse. J'étais juste bien et je voulais finir ce slow.

J'ai quitté mes deux acolytes après cette danse. Je n'avais pas besoin de plus, je voulais juste garder ce moment sans fioriture et je n'avais pas envie qu'on puisse me le gâcher.

Je retournais chez moi en ne touchant pas vraiment le sol, l'avantage de mon super pouvoir. Et cette pause gustative de sang frais m'avait fait le plus grand bien. Je regagnais mon antre, mon chat attendait sagement. Elle commençait à s'habituer de posséder une maîtresse non réellement morte, mais pas vraiment vivante non plus. Le soleil commençait à se lever. Je regrettais parfois de ne plus pouvoir en profiter. Je fermais mes stores et je plongeais dans mon lit avec un ouvrage. Je voulais rire un peu, alors j'ai entamé « Moi, Lucifer » de Glen Duncan. La vision de Lucifer par Lucifer, ne pouvait que m'amuser. Après tout, je cherchais sûrement des réponses à ma condition et au fait que je devais vivre cacher des humains qui assurément, n'avaient que de vulgaires clichés en ce qui concernait les vampires, les êtres damnés ou déchus.

Publié dans L'histoire .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article