Du kommer att hata mig ............

Publié le par Sabrina De L.

J'étais tranquillement en train de parler et de rire avec Hay lorsque Gabriel entra en ce même lieu. Mon regard s'arrêta net sur lui. Hay tourna la tête pour regarder ce qui m'avait figé de cette manière et je l'entendis hurler :

  • Gaaaaaab !!! Oh bordel, c'est excellent de te voir ici. Tu te faisais rare ces derniers temps !

Il se leva pour aller à sa rencontre et moi, je ne me sentais plus aussi détendue qu'en arrivant. Finalement ma soirée allait sûrement extrêmement s'écourter. Gabriel fit une accolade à Hay et les deux revinrent vers moi. Gabriel me regardait de son air hautain.

  • Tiens donc ! Comme le hasard fait bien les choses !

  • (je le fixais sans sourire) Le hasard n'existe pas !

Hay intervint dans notre échange en s'adressant à Gabriel.

  • Vous vous connaissez ?? Oh ? Et donc ? Elle est humaine ou …....enfin, tu vois ce que je veux dire Gab' ?

  • (Regardant Hay, interloquée) Mais c'est la fête du slip ici ! (Me tournant vers Gabriel) Alors, on ne cache pas sa condition ? On se la joue sans couverture ! Très intelligent! Pas risqué du tout, hein ?

Gabriel pouffa en haussant les épaules.

  • Tu n'as jamais entendu parler des fournisseurs de sang contre rémunération ? C'est moins risqué que de leur bourrer la gueule, tu sais ! Tout le monde y trouve son compte ! Et puis, nous sommes évolués. On peut apprendre à vivre avec les humains sans leur ruiner la santé ou la psychologie mentale, hein ?

  • (prenant sa dernière phrase pour moi) Je ne pensais pas que c'était monnaie courante.

Hay me regardait avec un grand sourire, il ôtait les grandes baguettes qui retenaient son chignon et secoua ses cheveux, ce mouvement rendit la liberté à une chevelure absolument lourde et superbe, d'un noir de jais brillant. Dès qu'il eut fini son étalage digne d'une publicité pour une marque de shampoing, il me dit :

  • Perso, cela me permet de cultiver mon look, de faire un peu de musique et de pouvoir vivre correctement sans me remuer le cul. Faire ce que j'aime, en échange de quelques « prises de sang ». Il faudrait vraiment être con pour refuser. En plus, même si mon air peut te paraître volage, je suis quelqu'un de très carré !

Gabriel ajouta :

  • C'est un très bon écrivain d'autant plus !

Je les regardais tous les deux. Entre un vampire totalement agressif dans sa manière d'être et un humain dont j'étais incapable de dire s'il était masculin ou féminin, je perdais toute logique. Je n'arrivais pas à cerner mes interlocuteurs. Ils inspiraient à la fois de la confiance en soi, de la force et en même temps une instabilité saisissante, une sournoiserie ou quelque chose qui s'en approchait. Je quittais le comptoir auquel j'avais élu domicile depuis le début de la soirée.

  • Désolée les mecs, perso, j'vais danser, vous me fatiguez !!

Ils me regardèrent tous deux avec un air très amusé et à la fois interloqué. Je me retrouvais au milieu de la salle, et je remuais mon corps vampirique sur une musique que je découvrais. Elle était de ce même groupe que lorsque j'avais investi les lieux « You will hate me », fredonnait le chanteur dont la voix hypnotisait mon esprit. La rythmique était très années 80', c'était assez surprenant. Une envie puissante de bouger mon corps comme si ma vie en dépendait venait de m'envahir. Alors que j'avais les yeux fermés et que je bougeais comme une damnée, deux mains se posèrent sur mes hanches. C'était Hay qui était entré dans la danse. Je passais mes mains dans ses cheveux pour remuer le tout, accompagné d'un magnifique sourire qu'il me rendit et la musique nous répétait : "You will hate me". A ses mots Hay me fit un clin d’œil et me sourit de plus belle.

Publié dans L'histoire .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article