De vet hur jag tänker !! .............

Publié le par Sabrina De L.

Alors que nous valsions, j'ouvrais de nouveaux les yeux et je le regardais. Cette pourriture de vampire était splendide. Il était si viril et à la fois si gracieux, charmant et d'une beauté incomparable. J'avais tout à coup envie de lui, sur le champ, je l'imaginais me déchirer la robe. N'allez pas vous imaginer que j'avais des sentiments pour lui, je sais ce qu'est en avoir et en l'occurrence, je n'éprouvais qu'un désir sexuel pour Håkan. Il se penchait vers mon oreille tout en continuant de valser.

  • T'arracher cette robe n'est pas une parfaite idée. Un fantasme soit, mais une abominable idée, c'est un travail d'orfèvre que tu portes....... J'aurais une préférence pour voir si le baldaquin de la seconde chambre d'amis résiste à certaines secousses, en remplacement, pour combler ton envie !

Il relevait la tête pour reprendre une posture qui se prêtait à notre valse, me fit un clin d’œil accompagné d'un sourire discret lorsque nous fûmes interrompus par les invités entrants. Il me lâchait sans délicatesse et se dirigeait vers le petit groupe. Je reconnus parmi les invités, Ian et puis Stieg ! J'étais interloquée. Je ne pensais pas le revoir un jour, surtout accompagné de Ian. Je me dirigeais à mon tour vers eux et je leur fis un signe de tête discret. Håkan prit la parole :

  • Ma chère Sabrina, il est inutile de te présenter Ian, ainsi que ce cher Dr Johansson. (puis, il me montrait les deux autres personnes) et voici Søren Moravia qui est médium, longue histoire, je ne crois absolument pas à ses manigances (il lui fit le baise-main) et enfin, le dernier mais pas des moindres, un très vieil ami Gabriel Kierkegaarf. Vampire qui, disons, pour ne pas noircir son curriculum vitae, est du même acabit que le mien !

  • Ok, je vois …. Enchantée donc, pour ceux que je connais et ceux que je découvre.

La table était dressée pour six personnes alors que seule la médium se délectait de foie gras et autres mets délicats et coûteux. Parfois, le fait de manger me manquait. Je pouvais me souvenir de chaque goût des aliments que je préférais. Nous nous mîmes à discuter de choses et d'autres et au cours de la soirée la conversation devint plus personnelle.

  • Moi : Je suis heureuse de te revoir Stieg. Je pensais qu'il était impensable que tu puisses parler de nouveau à Ian, connaissant ta répugnance pour les vampires. Mais sa vie, enfin, nous l'avons sauvé.

  • Stieg : A ce propos, je voulais te dire que j'étais vraiment désolée pour ce qui t'es arrivée.

  • Ian : (se penchant vers Stieg – lui touchant le bras) Je serais toi, je ferais impasse sur ce sujet, sinon, elle va partir en couilles sévère.

  • Moi : (ayant entendu ce que Ian disait ) Tais toi, tu veux ! (Regardant Stieg) Je te remercie, mais je ne préfère pas m'étaler sur le sujet.

  • Søren : Quelqu'un est mort ?

  • Gabriel : (regardant Søren) Je pense sans vouloir m'avancer qu'effectivement, si elle ne veut pas parler du sujet et si le Dr Johansson est navré de ce qu'il lui est arrivé, de conclure, sans être sorti des grandes écoles, qu'il doit y avoir un macchabée pas loin. Cependant, si tu étais attentive, tu aurais écouté et souligné ce point. (se retournant vers Håkan) Effectivement, tu as raison de douter de ses capacités, déjà sans utiliser son pouvoir, elle est quand même très ….... demeurée !

  • Søren : (riant et regardant Gabriel) Tu es toujours aussi agréable, mon cher Kierkegaarf !

Les paroles d'introduction d'Håkan concernant ce cher Gabriel me restait en tête : « Vampire qui, disons, pour ne pas noircir son curriculum vitae, est du même acabit que le mien ! ». Je concluais donc que j'étais entourée de deux pourritures pour le prix d'une.

  • Gabriel : Oui, sauf que moi, tu n'es absolument pas mon style ma chérie.

  • Moi : Ce que je remarque c'est votre passion, en tout cas, celle de pénétrer mon esprit et d'y lire mes pensées. (me retournant vers Håkan).... Il y a un trou normand prévu dans ton diner ? J'aimerai voir le baldaquin de la chambre d'amis ! Quitte à me faire pénétrer par autrui autant que je sois consentante, non ?

  • Håkan : (légèrement saisi que je sois aussi peu courtoise) Pas que je sache, ma chère.

  • Moi : Dommage …....

Publié dans L'histoire .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article