När allt började ................

Publié le

La première fois que je l'ai vu, c'était en 1986. Pour vous resituer le contexte : les années où tous les looks étaient vraiment permis. Il était beau, grand, les cheveux longs châtain, un petit nez en trompette, et un look très ….. comment dire ? Mais c'est surtout sa couleur d'yeux qui me restera en mémoire. Cette couleur est indéfinissable, certains vous la conterons « bleu », d'autres vous la décrirons « gris ». Moi, je vous la nommerai : la couleur scandinave. Ce jour là, je vécus un doux émoi, un tendre chamboulement, un moment qui me suivra toute ma vie, humaine ou non.

Nous nous étions croisés par pur hasard. Je me baladais dans le parc qui longeait ma demeure de l'époque, sans but précis. J'aimais marcher, marcher juste pour pouvoir trier mes idées à la vue du monde et en même temps d'une manière totalement insoupçonnable et banale. J'étais encore humaine. Machinalement, je ne regardais pas vraiment où j'avançais, j'étais sûrement trop perdue dans mes songes, mes pensées ou mes soucis, au choix. Toujours est-il que je lui ai rentré dedans, de plein fouet. Sa réaction a été des plus délicates, il me tenait par les épaules et cherchait mon regard. J'étais un peu confuse et abasourdie. Il me dit dans un français avec un très fort accent :

  • Tout va bien mademoiselle ?

Je restais silencieuse, je me délectais de ce que je voyais. J'avais le visage relevé et je me repassais en boucle sa voix et cet accent tout en restant hypnotisée par « la couleur scandinave ». Il me répétait la même phrase, voyant que je restais immobile à le regarder sans lui répondre. Je me mis à m'excuser, et machinalement, je ne sais pas pourquoi, je lui répondis en anglais.

Pour aucune raison, nous nous sommes mis à entamer une petite discussion. Il venait du Grand Nord, c'était un suédois de passage par ici. Son prénom était Rolf.

Nous nous sommes quittés après une petite heure d'un échange exquis, harmonieux et délicat. Je me souviens que ce jour là, et les autres jours qui suivirent, il n'a jamais quitté mes pensées. J'aurais dû lui demander un numéro de téléphone ou une adresse. Mais ma petite voix ne m'avait pas soufflé l'idée.

32 ans après, je me souviens de ce Suédois. Mais je suis devenue vampire entre notre rencontre et aujourd'hui. Il a changé mon existence, par quelques mots échangés. J'avais essayé de le retrouver, jadis, en vain. Ce soir, j'ai rendez-vous dans un bar sombre de la ville avec un de mes semblables. Il a neigé, je ne ressens plus le froid, je n'ai aucune sensation. Si vous saviez comme c'est compliqué de devoir faire comme un humain, faire semblant d'avoir froid. Je tire cette porte massive pour entrer dans ce bar, je suis obligée de forcer sa fermeture derrière moi, car le vent souffle énormément. J'entre, mon téléphone sonne, je le cherche dans mon sac tout en avançant et je bouscule quelqu'un. Je relève la tête, il est grand, il fait sombre, je souris à cette homme d'une cinquantaine d'année et je m'entends lui dire : « Tout va bien, monsieur ? » …...................

Publié dans L'histoire .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article