Hemligheten ......

Publié le par Sabrina De L.

Ian était donc un de mes semblables. Et il venait de faire une entrée fracassante, comme à son habitude, dans un moment de ma vie qui aurait pu être exceptionnel. Depuis qu'il était devenu vampire, il avait transformé sa timidité humaine d'antan en quelque chose d'atrocement sans gêne et d'affreusement sexuel. Je l'ai connu encore humain.  (et je m'arrêterai ici dans la narration de son histoire.)

Il venait donc d'arriver tel un boulet de canon et sans vraiment le savoir, de couper court à un semblant d'avancement dans mes « retrouvailles » avec Rolf. Il m'emmenait par le bras au bar et commandait une bouteille de champagne.

  • Tu n'en as pas marre de commander des trucs que tu ne peux pas boire ?

  • J'en ai besoin, puis pourquoi se retrouver dans ce bar si ce n'est pour, ne pas faire marcher le commerce ?

  • Bien la première fois que tu te soucies du chiffre d'affaire de ce pauvre Max !

Max était le propriétaire du bar « Lost Paradise » qui se trouvait sur la plus grande artère de cette ville. Max était quelqu'un d'un peu lunaire, pas vraiment curieux et extrêmement humain. Je pense sincèrement qu'il aurait pu nous « griller » plus d'une fois mais qu'il ne se mêlait pas de la vie d'autrui. C'était un pauvre gars. Je n'avais jamais vraiment eu l'occasion de me pencher sur son existence, mais le peu que j'en savais, m'informait qu'il était veuf depuis 6 ans et qu'il n'avait pas d'enfant et encore moins de vie personnelle, à part ce bar, qui lui procurait un semblant d'échange essentiel à son bien-être. Parfois, je trouvais que la vie s'acharnait souvent sur le même type de personne et Max faisait partie de ces dernières. Il y avait dans son regard quelque chose de résolu, quelque chose de blasé, quelque chose de mort.

J'étais en train de tripoter mon verre et d'observer les bulles qui remontaient à la surface quand Ian me lança un :

  • Bah alors, on trinque ou t'attends l'bus ?

Je me tournais vers lui et dans mon champ de vision, je remarquais que Rolf était assis à une table avec une charmante demoiselle blonde et qu'il n'était pas vraiment absorbé par les paroles de cette dernière mais que son regard était tourné en ma direction. Je pris la décision de ne pas m'arrêter sur lui, de l'ignorer et je levais mon verre en direction de Ian.

  • Skål Kille !!

Et je repartais dans la contemplation de mes bulles, en me tournant vers le bar. Leur vie éphémère me fascinait, elles resplendissaient, étaient pleines d'énergie pour venir mourir à la surface du verre dans un minuscule geyser.

  • Tu vas, dis moi ? (m'interrompant dans ma rêverie)

  • Oui, Je vais Ian. Je vais parfaitement bien.

  • Tu sais pourquoi je te le demande, n'est-ce pas ?

Je reposais assez sèchement mon verre sans regarder Ian. J'étais toujours rivée au bar regardant cette flûte posée et ses petites bulles qui continuaient de mourir dans l'indifférence totale, exceptée la mienne.

  • Oui, je le sais et je voudrais que tu arrêtes ! Je voudrais que tu arrêtes d'évoquer quoi que ce soit concernant cette histoire. Je voudrais que tu cesses, tu m'as comprise ??

Il se tournait face au bar, touchait de l'index et du pouce la base de son verre à champagne, qu'il se mit à fixer, tout en le faisait tourner :

  • Tu seras obligée un jour de te rendre compte que tu as un problème.

J'approchais mon visage du sien, pour qu'il saisisse bien ce que j'allais lui répondre :

  • Je n'ai absolument aucun problème, OK ? Fous moi la paix Ian !!

  • Je te foutrais la paix quand tu m'expliqueras pourquoi nous t'avons récupérée in-extremis au lever du soleil dans le jardin du Manoir !!

Je ne voulais pas entamer le sujet, je ne le voudrai jamais. Je tournais les talons et avant de sortir du bar, lui lançait un :

  • VA TE FAIRE FOUTRE, IAN !

Publié dans L'histoire .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article