Det finns ingen kärlek.............

Publié le par Sabrina De L.

Les jours suivants, je décidais de ne pas quitter mon antre. Je ne voulais pas me mêler au monde extérieur. Cela m'arrivait assez souvent, j'aime ma solitude et je l'ai toujours aimée, même humaine. J'étais restée bien sagement chez moi, les crocs au chaud. J'avais lu, écouté de la musique. Je m'étais perdue en pensées loufoques ou romantiques, comme j'aimais le faire. La musique est vitale pour moi, autant que la lecture. J'aime énormément le rock ! Je vois d'ici le cliché : « Normal pour un être démoniaque » et là, je vous stoppe tout de suite, j'ai une certaine attirance également pour la musique classique avec un penchant certain pour ce cher Franz Litz. Sa « Valse-impromptu » est pour moi, un délice, un bonbon sucré, une douceur grisante. Elle me transporte dans une autre époque où je peux allègrement me perdre dans des rendez-vous romantiques avec l'élu de mon choix, l'invitant à se joindre à ma danse. Je porterais une longue robe de bal en soie noire. Mes cheveux seraient sagement ramenés en un chignon et j'arborerais une parure ornée de subtiles pierres noires en onyx qui étincelleront sur ma peau de nacre. Je serais là, me tenant droite, affichant un air raffiné, vêtue d'un magnifique corset qui mettrait en avantage mon gracieux décolleté. Je lui glisserais à l'oreille tout en valsant, qu'il est le plus charmant de cette réception. J'ajouterais que je suis la femme la plus chanceuse d'être à son bras, unique d'avoir ce privilège et que j'aime me voir dans ses yeux. Je serais assurément posée, pondérée et d'une grande distinction. Et oui, que croyez-vous ? Que j'ai absolument voulu être cette brute épaisse que je suis actuellement, cette non-romantique dans ma vie humaine et vampirique ? Sachez que, tout comme le don ténébreux, on ne choisit pas de venir au monde tels que nous sommes. Je me suis faite une raison, je me suis accommodée de ce que l'on m'a donné lors de ma naissance et de ma « renaissance » (je ne sais trop guère comment appeler cette malédiction). Bref, j'aime ce que je suis et j'aimerais à la fois, être quelqu'un d'autre.... Paradoxal, n'est-ce pas ?

Je veux vibrer ….... je veux aimer ….. Et en règle générale, quand je commence à imaginer des conneries pareilles, je remets les crocs dehors, histoire de saouler 3-4 d'entre vous et de vous vider un peu de votre raisiné. Je pense que le manque d'hémoglobine me transforme en une chose trop molle, trop naïve, une peu conne. Comme une sorte de « warning » interne : "Danger, Danger, tu vas franchir la ligne de débilité !!" Quelle était l'alerte quand j'étais humaine, me direz-vous ? Pour que j'arrête de rêver à cet amour qui n'existe pas, c'est ça ? Allons, ne soyez pas si sots, assurément comme une bonne partie des âmes qui souffrent en ce bas monde, mon choix était : L'alcool......

Publié dans L'histoire .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article