Det fanns tillfällen när jag önskade att jag var död .........

Publié le par Sabrina De L.

Alors que je venais de me sustenter au cou d'un gros lourdaud qui avait une passion certaine pour toutes sortes de choses que j’exécrais, en brave tolérante et le cœur sur la gousse, je ne l'avais pas « vidé » complètement de son sang de qualité médiocre, ce mec mangeait mal !!! (même si ce n'était pas l'envie qui m'en manquait!!). J'essayais tant bien que mal de « racheter » ma pauvre âme, comprenez ? Voyez l'effort que je fournis. Foutaise, vous pensez ?? Vous n'avez pas tort, je ne veux juste pas me faire griller !! Bref, je regagnais le « Lost Paradise » histoire de voir qui je pourrais saouler de nouveau, avant de m'offrir une deuxième tournée de jugulaire. J'avais les joues rosies. Quand je bois du sang, c'est assez semblable à un « contouring » réussi, tout à coup, mes pommettes deviennent rosées et superbement soulignées….. J'entrais nonchalamment et je le vis, LUI, assis à une table, seul ..... Je ne sais pas si c'est le sang qui me désinhibait mais je fonçais direct vers lui. (Le vampire sûr de lui, voyez le genre?). Et je l'accostais de la manière la plus pourrie qui soit :

  • Hej !! Rolf !! ça gaz ???

Il relevait le visage vers moi, visiblement interloqué par mon entrée en scène.

  • Oh Sabrina ! Oui, je vais et toi ?

N'attendant aucunement qu'il m'invite, je prenais place en face de lui. (Mesdames, en matière d'approche, surtout évitez absolument ma technique, vous comprendrez pourquoi au fil de vos lectures)

  • Je vais, je vais ! Mais dis moi, que fais-tu, seul, dans un endroit aussi lugubre ?

  • Je pourrais te retourner la question ? A vrai dire, j'attends quelqu'un.

  • Ah ? Je vais te laisser alors.

  • Non, non.... je suis en avance. Ce côté méticuleux qui me caractérise.

  • Je t'offre quelque chose ?

  • Pourquoi pas ?!

J'appelais Max et nous commandions respectivement ce que nous voulions. J'étais face à lui. Je ne vous donnerais aucune de mes minutes, AUCUNE ! Son regard, sa manière de s'exprimer, sa façon de mouvoir ses mains, doucement, délicatement, quand il insistait sur un point de la conversation. Et ce sourire, ce rire, ce nez qui se retroussait lorsqu'il riait. J'adorais le timbre de sa voix, j'aurais pu l'écouter pendant des heures, il aurait pu me dicter le « Larousse » que j'aurais trouver ça génial. Il avait un accent suédois, si discret que je trouvais cela follement attirant. Nous avons échangé pendant une bonne demi-heure, j'étais aux anges (ouais, façon de parler. Ne commencez pas à interpréter mes écrits, je me vexerais). Nous avons ri, beaucoup ri. Je vous invite à participer à mes conversations, qui ne sont jamais « sérieuses » avec les humains, je n'y arrive pas, vous êtes ma récréation au milieu de mes ténèbres. Et alors, si en plus, je fond des canines devant votre minois, vous obtenez le plus bas Q.I vampirique qu'il vous est donné de croiser. Ce qu'il était beau, ce qu'il me plaisait. Les années n'avaient aucunement altéré ce qu'il avait éveillé en moi, humaine ou pas, il était parfait ! Pour vous dire, j'étais même intimidée, alors qu'il faut quand même être honnête, je peux vous faire embrasser vos genoux, vous plier comme une chaise, vous tourner le cou à 180° en un clignement d’œil et sans effort. Je tiens votre vie entre mes mains, si je veux !!  Et là, devant lui ? Je me sens comme une chauve-souris qui serait atteint de pelade ! J'ai le corps à vif, rosé, tout offert et tremblant ! Je suis intérieurement, totalement stressée. Le premier rapace qui passe, peut me choper sévèrement tellement il me rend malingre. Cet humain a un pouvoir sur moi et il ne le sait pas. J'étais en train de me nourrir de son regard quand son rendez-vous arriva. Elle était belle, grande et blonde, mince et délicate (bref, mon opposé!). Je me levais pour la saluer, il suivit mon mouvement et me dit :

  • Sabrina, je te présente Karine. Ma future femme.

Et la seule réponse sensée que j'ai réussi à sortir fut :

  • Comment tu peux emmener ta future femme dans un endroit aussi pourrave ?? Enchantée, je suis Sab' …. ouais, j'préfère ! Sab', ça fait plus court ! Comme les cleb's, tu vois le genre ?? Pour répondre, c'est plus simple avec une syllabe, sinon, je ne comprends pas !! Bonne soirée, Mme Future Rolf ….. (Je me retournais vers lui, lui donnait un petit coup sur l'épaule) Allez, bonne soirée mec ! 

Je quittais les lieux, vite, expressément. Mon cœur se serrait. Je me déplaçais rapidement vers une ruelle sombre et isolée et je me mis à hurler. Je tombais à genoux, et pour la première fois depuis que j'avais pris de la puissance, je pleurais des larmes de sang …... La première phrase qui sortit de ma bouche après avoir sangloté et imbibé mon haut d'hémoglobine fut : « I'm fucking suffering !! »........

Publié dans L'histoire .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article